Vente en ligne : Bruno Le Maire met en garde les influenceurs sur leurs responsabilités

ARNAQUES « Prenez vos responsabilités, faites attention à ce que vous recommandez, faites attention à vos promos flash », a averti le ministre de l’Economie

20 Minutes avec Agences

— 

Bruno Le Maire demande aux influenceurs de bien vérifier les promotions des produits en ligne.
Bruno Le Maire demande aux influenceurs de bien vérifier les promotions des produits en ligne. — Jacques Witt/SIPA

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a appelé, mercredi, les influenceurs à « faire attention » à leurs recommandations pour que cela « corresponde à la réalité du produit ». Il a également incité les consommateurs à signaler d’éventuelles arnaques de vente en ligne sur un site dédié.

« Je voudrais vraiment faire appel à tous les influenceurs qui ont un impact considérable sur la décision d’achat des jeunes », déclare le ministre dans une vidéo postée sur Twitter, à la veille de la présentation du bilan 2020 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). « Prenez vos responsabilités, faites attention à ce que vous recommandez, faites attention à vos promos flash », poursuit le ministre de l’Economie. « Il faut que tout ça corresponde à la réalité du produit ».

Attention au « dropshipping »

Bruno Le Maire invite parallèlement les consommateurs à signaler « toutes les arnaques » dont ils seraient victimes, sur le site Internet dédié du gouvernement (signal.conso.gouv.fr), soulignant que le ministère est « totalement décidé (…) à mettre fin (aux) pratiques abusives ».

Bruno Le Maire cite en particulier le « dropshipping » qui consiste à mettre en vente un produit que l’on n’a pas encore en stock mais que l’on obtient auprès d’un fournisseur. Cette pratique n’est pas illégale, note le ministre. « En revanche, ce qui est parfaitement illégal, et ce qui est un fléau que nous voulons combattre, c’est de vendre à des clients potentiels, qui souvent d’ailleurs sont des clients jeunes (…), des produits qui ne correspondent pas aux publicités », affirme-t-il. « Ça s’appelle de la publicité mensongère et de la vente mensongère », insiste Bruno Le Maire.