Logement : Le chèque énergie resserre son champ d’action

ARGENT Coup de pouce pour payer sa facture d’électricité, de gaz, de fioul ou de bois, le chèque énergie bénéficie à près de 5,5 millions de ménages. Mais son seuil d’éligibilité a été légèrement revu à la hausse pour 2021

Z.P. pour 20 Minutes

— 

IStock / City Presse

Successeur des anciens tarifs de première nécessité de l’électricité et du gaz, le chèque énergie est destiné depuis 2018 aux familles les plus précaires, qui ont des difficultés à régler leurs factures de chauffage. Près de 5,5 millions de ménages reçoivent ainsi chaque printemps ce chèque forfaitaire variant en fonction des revenus et de la composition du foyer. Si l’aide tourne autour de 200 euros en moyenne, elle peut grimper jusqu’à 277 euros.

Pour en bénéficier, le revenu fiscal de référence par unité de consommation (UC) doit être inférieur à 10.800 euros en 2021, soit 100 euros de plus que l’année précédente. Une personne constitue 1 UC, la deuxième 0,5 UC et que chaque personne en plus ajoute 0,3 UC. Mais vous n’avez pas besoin de faire vous-même le calcul. Un simulateur en ligne permet de vérifier votre éligibilité au dispositif sur Chequeenergie.gouv.fr. En principe, vous n’avez aucune démarche à réaliser, puisque le chèque énergie est envoyé automatiquement par l’administration.

Des factures aux petits travaux

Cette aide peut vous être adressée ou, si vous en faites la demande, être directement déduite de vos factures d’électricité ou de gaz avant d’être envoyée à votre fournisseur. Si l’usage premier du chèque énergie est en effet de prendre en partie en charge vos frais de chauffage (fioul et bois sont aussi concernés), cette subvention peut également se convertir en un chèque de travaux, afin de participer au financement d’un chantier de rénovation énergétique, en complément des autres aides spécifiques existantes en la matière.