Veolia menace de poursuites les administrateurs de Suez si des actifs stratégiques sont cédés

BOURSE « Suez ne commente pas les rumeurs » a répliqué son concurrent

20 Minutes avec AFP
— 
Un salarié de Véolia (Illustration).
Un salarié de Véolia (Illustration). — SYSPEO/SIPA

Veolia a prévenu dimanche qu’il engagerait des poursuites en justice contre les administrateurs de Suez qui autoriseraient la cession d’actifs stratégiques du groupe, réagissant à des informations évoquant des négociations en ce sens.

« Veolia annonce étudier toutes les voies de droit pour bloquer ces cessions et, si elles devaient avoir lieu, engager la responsabilité individuelle de ceux qui les auraient autorisées », a indiqué dans une déclaration à l’AFP le groupe, engagé dans une OPA sur son rival.

Véolia redoute un sabordage

« Suez ne commente pas les rumeurs », a déclaré de son côté ce dernier, alors que des informations circulent dans la presse financière sur le sort de ses actifs dans les déchets en Australie et en Grande-Bretagne. En Australie, le groupe Cleanaway Waste Management a confirmé dans un communiqué « son intérêt pour une acquisition potentielle » : « il n’y a aucune certitude que des discussions avec Suez aboutissent à une transaction », ajoute-t-il.

Des discussions avec le fonds I Squared Capital portent par ailleurs sur les actifs britanniques, selon Mergermarket. Pour Antoine Frérot, le PDG de Veolia, de telles ventes seraient « un appauvrissement considérable de l’entreprise Suez. Une opération de découpe de l’entreprise, c’est le travail d’un fonds d’investissement, pas d’un industriel. C’est saborder leur propre groupe ».

« Un actionnaire comme Veolia considérerait qu’un conseil d’administration qui, pour se maintenir en place, vide l’entreprise de cette manière, c’est inadmissible. Dans ce cas-là, nous n’hésiterons pas à engager la responsabilité individuelle de ceux des administrateurs qui autoriseraient cette liquidation », a dit le PDG à l’AFP, invoquant la défense de l’intérêt des parties prenantes du groupe. Sur un ton plus conciliant, Veolia a aussi indiqué qu’il annoncerait cette semaine une proposition de nature à sortir « par le haut » du conflit avec Suez.