Coronavirus : Une start-up française sécurise la chaîne du froid pour les vaccins

VACCINS Koovea, une start-up de Montpellier, est en première ligne pour le transport et le stockage des produits pharmaceutiques thermosensibles, notamment les vaccins contre le Covid-19

Jérôme Diesnis

— 

Les boîtiers autonomes permettent de contrôler en continue la température des vaccins.
Les boîtiers autonomes permettent de contrôler en continue la température des vaccins. — urélia Blanc / Koovea
  • A Montpellier, la start-up Koovea commercialise depuis 2019 un système permettant de contrôler en temps réel les températures des produits dits « thermosensibles » lors de leur transport ou leur stockage.
  • L’entreprise multiplie chaque année son chiffre d’affaires par dix depuis ses premiers pas. La pandémie mondiale la place au cœur de la campagne de vaccination.
  • Cet enjeu de santé publique se double d’un enjeu commercial : un rapport estime à 35 milliards d’euros les pertes annuelles de l’industrie pharmaceutique pour les produits nécessitant de rester au froid à des températures constantes.

Comment assurer la chaîne du froid des millions de doses de vaccins en transit dans le monde ? Dans ce vaste marché, crucial pour assurer l’efficacité des traitements – notamment contre le Covid-19, une start-up de Montpellier est en première ligne.

Si la chaîne du froid est brisée, c’est toute l’efficacité de lutte contre la pandémie qui est détruite. « Nous assurons un suivi constant de la température des produits. Un petit boîtier autonome énergiquement, connecté en permanence au réseau cellulaire, est installé dans les contenants. Au moindre problème, il déclenche une alerte pour le client qui a donc la main en permanence sur les matières, que ce soit lors du transport ou du stockage », détaille Adrien Content, cofondateur et président de Koovea.

Un enjeu de santé publique

L’enjeu de santé publique est énorme : si la chaîne du froid est brisée, le vaccin devient inopérant. Ou, pire encore, dangereux pour le patient. Koovea n’intervient pas uniquement dans la lutte contre le Covid-19. Son innovation assure par exemple le transport des produits pharmaceutiques utilisés par l’ONG The Mitchell Group contre le virus Ebola, qui touche de nouveau l’Afrique. « Toute rupture de la chaîne du froid peut provoquer la détérioration du traitement curatif à base d’immunoglobulines », précise l’ONG américaine.

Pour l’industrie pharmaceutique l’enjeu est également financier. La perte financière des produits thermosensibles est estimée à 35 milliards d’euros chaque année dans le monde. Elle est liée le plus souvent à des pannes d’électricité. Celles-ci n’étaient, par le passé, décelables qu’à réception des produits, après inspection des clés USB qui permettent le suivi de température obligatoire. « Notre système breveté permet d’agir immédiatement en cas d’anomalie », souligne Adrien Content.

Chiffre d’affaires multiplié par dix chaque année

Incubée au BIC (Business Innovation Center) de Montpellier, la société est en pleine expansion depuis ses premiers pas il y a deux ans. Elle a multiplié par dix son chiffre d’affaires chaque année pour le porter à 2 millions d’euros au dernier exercice consolidé. Et à l’inverse d’une économie mondiale en pleine crise, son activité a été boostée par la pandémie. « Notre notoriété nous avait déjà permis de travailler avec une centaine de clients. Nous devrions tripler ce chiffre d’ici la fin de l’année ».

Koovea emploi une quinzaine de personnes à Montpellier, dont environ 70 % en recherche et développement. Des effectifs appelés à doubler rapidement, alors que la société envisage une levée de fonds pour accompagner sa croissance.