La truffe blanche d’Italie peut désormais être produite en France

AGRONOMIE Une poignée de ces champignons a été récoltée ces deux dernières années dans une plantation située dans le sud-Ouest de la France

20 Minutes avec agences

— 

Des truffes blanches (illustration).
Des truffes blanches (illustration). — Federico Tovoli / VWPics/SIPA

C’est une première mondiale : la prestigieuse et très chère truffe blanche d’Italie peut désormais être produite en France grâce une innovation : le développement contrôlé en plantation de cette variété jusqu’à présent récoltée essentiellement dans la nature. Une poignée de ces champignons gastronomiques a ainsi été récoltée ces deux dernières années dans une plantation du sud-ouest de la France, dans laquelle avaient été plantés des arbres mycorhizés (porteurs sur leurs racines du mycélium du champignon) à Tuber magnatum, la truffe blanche d’Italie.

« C’est la première fois que des Tuber magnatum sont récoltées dans une plantation en dehors de l’ère de répartition géographique de cette truffe », a annoncé mardi lors d’une conférence de presse en ligne Bruno Robin, président des pépinières Robin, à l’origine de cette innovation avec l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae).

« La culture de la truffe blanche est possible »

Jusqu’à présent, la production française de truffes se limitait à deux variétés principales : la truffe noire et la truffe de Bourgogne. La truffe blanche, jusqu’à cinq fois plus chère, était essentiellement trouvée en Italie et en Europe centrale mais, à l’inverse de la noire, elle n’était presque pas récoltée en plantation, ce qui participait à sa très grande rareté.

Mais une étude publiée ce mardi dans la revue Mycorrhiza« démontre que la culture de la truffe blanche est possible », a résumé Claude Murat, directeur de recherches à l’Inrae. « Ça donne des perspectives plus importantes du développement de la trufficulture en France », a estimé de son côté Michel Tournayre, président de la Fédération française des trufficulteurs.

Entre 1.500 et 5.000 euros le kg

La réussite de cette mycorhization, beaucoup plus difficile à réaliser qu’avec la truffe noire, permet, selon ses promoteurs, de pouvoir désormais produire la truffe d’Italie en France de manière contrôlée, comme une culture. Cette innovation agronomique « assez extraordinaire (…) est à même de sauver la truffe, qui est menacée par le réchauffement climatique », s’est félicité Joël Giraud, secrétaire d’État à la Ruralité.

Les pépinières Robin espèrent vendre cette année « quelques milliers » de plants d’arbres mycorhizés avec la truffe blanche. Celle-ci se vend actuellement entre 1.500 et 5.000 euros le kg, contre 500 à 1.000 euros pour la truffe noire.