Logement : Comment bien isoler ses combles ?

MAISON Passoire énergétique, les combles d’une maison doivent être parfaitement isolés pour éviter de voir la chaleur s’échapper par le toit

Z.P. pour 20 Minutes
— 
À l'intérieur pour plus de simplicité ou à l'extérieur pour une protection complète, l'isolation des combles doit être faite avec soin.
À l'intérieur pour plus de simplicité ou à l'extérieur pour une protection complète, l'isolation des combles doit être faite avec soin. — IStock / City Presse

À quoi sert de poser du double vitrage et d’opter pour un système de chauffage performant si les degrés gagnés s’échappent par la toiture ? On l’oublie souvent, mais l’air chaud monte et finit par se concentrer sous le toit. Or, si ce dernier n’est pas bien isolé, c’est plus de 30 % de la chaleur qui finira dehors.

Agir de l’intérieur pour limiter les coûts

Pour gagner en confort thermique et acoustique tout en réduisant sa facture de chauffage, il est essentiel de calfeutrer sa charpente correctement. Ce peut être fait de l’intérieur. Une solution souvent privilégiée, puisque facile à réaliser et peu onéreuse. Comptez entre 20 et 50 euros le mètre carré.

En pratique, cette méthode passe le plus souvent par la pose de panneaux d’isolant entre le toit et les cloisons. Côté matériaux, ce sont la laine minérale et la laine de verre qui sont les plus utilisées. Mais il est aussi possible d’opter pour des panneaux de polystyrène avec un parement de plâtre. Dans tous les cas, mieux vaut engager ce type de travaux lorsque les combles ne sont pas encore aménagés. Pour les combles perdus, l’isolation par soufflage de matériaux grâce à une machine spécifique est encore plus simple à réaliser.

De l’extérieur pour éviter toute gêne

L’autre option est d’agir de l’extérieur. Pour quel intérêt ? Cela permet de conserver un maximum d’espace sous les combles. Sans oublier un atout charme, puisque la charpente intérieure reste apparente. Côté chantier, en revanche, c’est une autre paire de manches. À moins de procéder avant la mise en place de la toiture, dans le cadre d’une construction neuve, il faut déposer cette dernière lors des travaux de rénovation, afin de plaquer l’isolant sur les chevrons puis de remettre le revêtement du toit par-dessus. Une opération longue et complexe qui coûte environ le triple d’une isolation par l’intérieur.

Plusieurs techniques existent. Celle des caissons chevronnés vise à encadrer ces derniers par un caisson fermé. Plus récente, la méthode du sarking multiplie les protections pour supprimer toutes les failles susceptibles de laisser passer l’air : des lames de plancher sont clouées sur les chevrons, un frein vapeur et un isolant assurent l’étanchéité, puis une plaque rigide et un contre-lattage recouvrent le tout. Dernière solution, la technique plus complexe des panneaux sandwichs, emboîtés grâce à un système de languettes.

La qualité, ça se paie

Face aux enjeux de l’isolation des combles, mieux vaut intervenir dans les règles de l’art en choisissant des matériaux d’une résistance thermique d’au moins 8 m2/kW et en faisant appel à un artisan certifié RGE (« reconnu garant de l’environnement »), afin de bénéficier d’aides au financement.

Pensez notamment aux certificats d’économie d’énergie (CEE), une sorte de sponsoring intéressé à travers lequel les enseignes paient une partie de vos travaux, le tout sans condition de ressources. Une version réservée aux ménages les plus précaires permet une isolation des combles perdus pour 1 euro symbolique, bien qu’un projet de décret entende supprimer cette offre coup de pouce au 30 juin 2021. Par ailleurs, le dispositif MaPrimeRénov' permet de financer les travaux d’isolation.