Pas-de-Calais : Pas de reprise de l’usine Bridgestone mais des projets pour le site

INDUSTRIE Alors que le plan social doit être signé dans quelques jours, Bridgestone dévoile les pistes travaillées pour l’avenir du site

Mikaël Libert
— 
L'usine Bridgestone de Béthune
L'usine Bridgestone de Béthune — F.Launay/20 Minutes

Mi-septembre dernier, le fabricant de pneus Bridgestone annonçait brutalement la fermeture de son usine de Béthune, dans le Pas-de-Calais. Depuis, un accord semble avoir été trouvé entre la direction et les syndicats sur les modalités de licenciement des 863 salariés. Accord qui doit être formalisé le 11 février avec la signature du PSE. Pour l’avenir du site, le géant nippon du pneumatique a assuré, ce mardi, travailler sur de sérieuses pistes qui excluraient toutefois la reprise de l’usine.

Dès la première annonce de sa volonté de fermer l’usine de Béthune, en septembre 2020, Bridgestone a cherché des repreneurs. Selon l’industriel, ce sont « 722 entreprises, dont 140 dans le secteur du pneumatique », qui ont ainsi été contactées. Les discussions avec « plusieurs producteurs de pneumatiques » ont fait ressortir qu’une reprise de l’usine par l’un d’entre eux « était peu probable ».

Un parc industriel « multi-activités »

On s’oriente donc désormais vers une démolition de l’usine et une requalification du site en parc industriel « multi-activités ». Il regrouperait « plusieurs projets, notamment dans le reconditionnement de pneumatiques et dans le recyclage ». Le potentiel d’emplois annoncé est compris entre 225 et 485 postes.

Sans être précis sur la localisation, l’échéance ou même le domaine, Bridgestone explique travailler sur « l’installation d’une unité de production dans une filière stratégique ». Elle serait implantée « sur le territoire » et « pourrait concerner 200 à 350 emplois ».