Emploi : Expert en cybersécurité, un job de plus en plus demandé

METIER La sécurisation des données est devenue capitale, et le secteur offre de nombreux débouchés

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

IStock / City Presse

Dans une société de plus en plus régie par le numérique, la cybersécurité est un enjeu clé de l’économie. Une étude mondiale réalisée en 2017 par le cabinet PwC estimait à 2,25 millions d’euros les pertes financières subies par les entreprises françaises en raison de failles de sécurité informatique. Un chiffre en hausse de 50 % par rapport à l’année précédente.

Alors que la filière connaît une croissance de l’ordre de 10 % chaque année, le développement massif du télétravail en 2020 a plus que jamais mis en exergue la nécessité de former un personnel qualifié pour sécuriser les données échangées. De quoi susciter un tas de nouvelles vocations.

Une vingtaine de métiers porteurs

La première caractéristique du secteur est son évolution constante. Dès lors, il est bien délicat de déterminer une nomenclature précise des professions de la cybersécurité, d’autant que leurs dénominations varient d’une structure à l’autre. Afin de guider les acteurs et candidats potentiels dans ce marché en plein essor, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a élaboré un panorama qui recensait une quinzaine de « profils métiers » en 2015 et plus d’une vingtaine lors de son actualisation en 2019.

Du responsable de la sécurité des systèmes d’information au développeur sécurité, en passant par le responsable de crise cyber, l’opérateur analyste, le chercheur, l’intégrateur de solutions ou encore le cryptologue, il y a le choix. L’essentiel est de savoir vers quel domaine d’intervention vous souhaitez vous orienter. Les professions du secteur se répartissent en effet entre la gestion de la sécurité et le pilotage des projets de crise, la conception et le maintien d’un site sécurisé, la gestion des incidents et des crises, et, enfin, le conseil, les services et la recherche.

Des profils d’experts

Si certains métiers, comme celui d’intégrateur ou d’administrateur sécurité, sont accessibles avec un bac +3, la cybersécurité reste un secteur de pointe qui implique le plus souvent un haut niveau d’études et surtout une grande spécialisation. Un simple cursus en informatique ne suffit pas. Il faut au minimum en passer par un BTS, un DUT (remplacé par le BUT à la rentrée 2021) ou une licence professionnelle dédiée à l’administration et à la sécurité des systèmes.

Pour gravir les échelons et vous ouvrir davantage d’horizons, mieux vaut poursuivre jusqu’à un niveau bac + 5 ou + 6 en passant par un master, une école spécialisée en informatique ou une école d’ingénieur. Au-delà des prérequis techniques incontournables en matière de programmation, de cryptographie et de gestion des réseaux, ces différentes formations vous permettront de développer d’autres compétences à ne pas négliger, telles que la pratique indispensable de l’anglais et la maîtrise des enjeux juridiques, sans oublier les soft skills.

L’exemple de la prépa

La classe préparatoire a toute sa place dans le cadre d’un cursus en cybersécurité. Si elle est de toute façon un préalable indispensable pour intégrer certaines écoles d’ingénieurs, elle peut également constituer un très bon tremplin pour poursuivre des études universitaires.

D’après l’association Talents du numérique, qui réunit 70 établissements de formation spécialisés, deux prépas sont particulièrement adaptées à un cursus orienté vers les métiers du numérique : MPSI (mathématiques, physique et sciences de l’ingénieur) et MP2I (mathématiques, physique-chimie, informatique et ingénierie). Après un bac technologique (STI2D), il est également possible d’intégrer les prépas TSI (technologie et sciences industrielles). Pour mettre toutes vos chances de votre côté, renseignez-vous d’abord auprès de l’école d’ingénieur visée pour savoir quelle prépa est recommandée.

Comment se renseigner ?