Coronavirus en Seine-Maritime : Une entreprise s’apprête à jeter 5.000 litres de bières à la poubelle

CRISE Ce manque à gagner dû à la fermeture des bars et restaurants représente une perte de 65 % du chiffre d’affaires de l’entreprise

20 Minutes avec agence

— 

Une pinte de bière coûte en moyenne 7 euros à Paris
Une pinte de bière coûte en moyenne 7 euros à Paris — PIxabay

La crise sanitaire actuelle qui impose la fermeture des bars et des restaurants est lourde de conséquences pour la Société Fécampoise d’Entreprises Electriques, basée en Seine-Maritime. L’entreprise va devoir jeter 250 fûts de bière, ce qui représente 5.000 litres, rapporte 76 Actu.

« La date limite de consommation des bières va bientôt arriver à expiration », explique le gérant qui a souhaité relancer la bière locale Made in Normandie (MiN). Les fûts, qui étaient principalement destinés aux bars et restaurants, sont entreposés chez son cousin agriculteur mais ils risquent de finir à la poubelle. Et pour cause, il lui est impossible d’en faire don à des associations, faute d’événements ou de rassemblements autorisés.

Un gros manque à gagner

« J’ai été contacté par des restaurateurs qui font de la vente à emporter, notamment à Rouen, et par des personnes qui organisent le recyclage des déchets. Nous allons travailler pour éviter que tout soit perdu et donner, pourquoi pas, une seconde vie aux bières », ajoute le patron, qui tente de garder espoir.

Pour cette entreprise, le manque à gagner que représente la perte de ces fûts est estimé à 65 % de son chiffre d’affaires. Malgré cette situation, le gérant entend bien poursuivre son activité et continuer de faire vivre sa brasserie artisanale.