Emmaüs lance Trëmma, une plateforme solidaire pour concurrencer Vinted et Leboncoin

SOLIDARITE L’objectif est d’encourager le don en ligne des particuliers, ciblant notamment les « jeunes, très connectés et engagés »

20 Minutes avec agences

— 

Photo d'illustration du logo Emmaüs
Photo d'illustration du logo Emmaüs — A. GELEBART / 20 MINUTES

Emmaüs ouvre ce lundi sa plateforme de vente de seconde main aux particuliers pour encourager le don en ligne de « personnes qui n’ont pas le réflexe Emmaüs ». Avec l’interface « Trëmma », l’objectif est d’encourager le don en ligne des particuliers, ciblant notamment les « jeunes, très connectés et engagés ».

Le fonctionnement de « Trëmma » ne dépaysera pas les usagers des autres plateformes de vente de seconde main, comme Vinted ou Leboncoin. « Chaque utilisateur peut créer une annonce sur Trëmma », qui sera ensuite « reprise par un modérateur, salarié en insertion, qui la complète, la met en vente sur label-emmaus.co », selon un communiqué publié ce lundi.

Une somme « reversée au projet de solidarité »

Principale différence avec les autres sites de marché en ligne : si l’objet trouve preneur, « le produit de la vente est reversé au projet de solidarité que le donateur a choisi ». « Le vendeur ne touche rien sur ce qu’il a vendu, mais peut demander un reçu fiscal portant sur 60 % » de la vente, précise la directrice.

Le mouvement caritatif avait lancé en 2016 une plateforme d'e-commerce, Label Emmaüs, sur laquelle les objets vendus provenaient d’acteurs du mouvement Emmaüs et de l’économie sociale et solidaire. Il a enregistré 4 millions de visiteurs uniques en 2020, selon sa directrice.

Les dons « avaient perdu en qualité »

Le mouvement fondé par l’Abbé Pierre enregistre depuis une dizaine d’années « des dons qui avaient perdu en qualité », en raison de « la concurrence des plateformes comme Leboncoin ou Vinted ». De plus en plus de particuliers tentent de gagner un peu d’argent avec les biens dont ils souhaitent se débarrasser.

« Et en parallèle, la qualité des produits qui sont mis sur le marché baisse », ajoute la directrice, évoquant « le défi de continuer le réemploi des objets » pour un mouvement qui « est construit depuis soixante-dix ans sur le modèle d’économie circulaire ». « On est obligé de collecter beaucoup plus d’objets pour assurer le même niveau de recettes ».

La plateforme d'e-commerce Label Emmaüs revendique un catalogue de plus d’un million de produits d’occasion et « la réinsertion de 300 personnes en situation d’exclusion ». « Plus de 34.000 personnes » ont acheté sur la plateforme en quatre ans, selon l’association.