Coronavirus à Strasbourg : L’activité des bateaux-mouches prend l’eau

COMMERCE L’activité des bateaux-mouches à Strasbourg, Batorama, a fortement chuté l’an dernier en raison de l’épidémie de Covid-19, tout comme les croisières sur le Rhin

G.V. avec AFP

— 

Batorama propose un circuit incluant la visite du parlement européen.
Batorama propose un circuit incluant la visite du parlement européen. — G. Varela / 20 Minutes
  • Batorama a vu son activité chuter de 80 % l’an dernier en raison de l’épidémie de Covid-19, annonce la direction du port strasbourgeois qui l’exploite.
  • La société n’a accueilli que 166.535 passagers en 2020, à bord de ses bateaux promenade, « soit seulement 20 % du trafic de l’année précédente ».
  • La tempête touche aussi les croisières fluviales et, même si elle est moindre, le trafic de marchandises.

C’est une voie d’eau considérable qui fracasse le commerce fluvial à Strasbourg. Et tout particulièrement un secteur lié directement au tourisme, Batorama, les bateaux-mouches de la capitale Alsacienne. Son activité a chuté de 80 % l’an dernier en raison de l’épidémie de Covid-19, reconnaît la direction du port strasbourgeois qui l’exploite.

Ces bateaux, qui proposent la visite, le long de la rivière de l’Ill, du centre historique de Strasbourg et du quartier des institutions européennes, sont pourtant l’une des principales attractions touristiques de la ville, un véritable moteur pour le tourisme de la Région. « La mise à l’arrêt de l’activité Batorama à deux reprises lors des confinements a fortement impacté le trafic », a commenté le port. La société Batorama, filiale du port autonome de Strasbourg, n’a accueilli que 166.535 passagers en 2020, à bord de ses bateaux promenade, « soit seulement 20 % du trafic de l’année précédente », a indiqué le port dans un communiqué sur ses bilans annuels de trafic.

Les croisières aussi

Autre échouage, les croisières sur le Rhin. Elles ont également connu une forte chute : moins de 15.000 passagers ont été enregistrés sur les bateaux en escale à Strasbourg l’an dernier, contre 230.000 en 2019, a relevé Port autonome.

Et la tempête ne touche pas que les activités touristiques fluviales même si elle est moindre en ce qui concerne le trafic de marchandises, secteur pour lequel Strasbourg constitue le deuxième port intérieur français après Paris. Il a limité sa baisse à 9,5 %, soit un total transporté de 6,8 millions de tonnes, selon le communiqué. Un recul principalement lié au « coup d’arrêt du secteur du BTP observé durant le premier semestre » marqué par le premier confinement, a expliqué la direction du port. Le transport de matériaux de construction, qui représente près de la moitié du total annuel de trafic, a chuté de 17 % sur l’ensemble de 2020, précise encore le communiqué.