Etudes : Les formations en mode high-tech

VIE PRATIQUE Réalité virtuelle, serious games ou escape games ne sont plus réservés au domaine du divertissement

Z.P. pour 20 Minutes
— 
La réalité virtuelle s'intègre progressivement aux formations pour permettre aux étudiants de multiplier les exercices pratiques.
La réalité virtuelle s'intègre progressivement aux formations pour permettre aux étudiants de multiplier les exercices pratiques. — IStock / City Presse

Si l’apprentissage théorique est essentiel pour engranger un certain nombre de connaissances, les formations classiques pèchent parfois par le peu de mises en situation. Tous les moyens sont donc bons pour multiplier les expériences de terrain et favoriser l’interactivité. Or, certains dispositifs d’ordinaire utilisés pour le loisir peuvent se révéler d’une grande aide en la matière. En parallèle des stages réalisés en entreprise, la pratique s’invite désormais en classe grâce à des technologies innovantes…

Des jeux sérieux

Vous croyez encore que les jeux vidéo sont réservés au divertissement ? C’est que vous n’avez encore jamais participé à un serious game. Ce type d’application informatique associe un objectif pédagogique à un moyen ludique, afin de favoriser l’apprentissage.
Ces « jeux sérieux » sont utilisés depuis plusieurs années par un certain nombre d’universités et d’écoles en tant que ressource supplémentaire pour accompagner les cours et travaux dirigés. Au même titre qu’un livre, qu’une vidéo ou encore qu’un podcast, le serious game permet de dynamiser le cursus et d’intégrer de façon plus efficace certaines notions abstraites ou des compétences techniques grâce à leur mise en pratique. Cet outil pédagogique permet en outre d’évaluer l’élève à travers les scores obtenus dans les différents niveaux du jeu.

Les formations dans le domaine de la santé sont particulièrement friandes de ce type de format. Des jeux sur ordinateur en 3D proposent ainsi aux étudiants de revêtir la blouse d’un infirmier ou celle d’un médecin devant opérer un patient. Mais certaines formations en école de commerce utilisent elles aussi ce type d’outils pour simuler une expérience de vente, par exemple. La gestion des risques et tout ce qui touche à la production se prêtent également très bien à ces jeux réalistes.

La réalité virtuelle à la fac

Grâce aux casques de réalité virtuelle, l’immersion des apprenants est plus complète. Dès lors, la VR s’impose, elle aussi, comme un outil pédagogique qui permet d’acquérir des compétences et des connaissances dans un environnement interactif. De la simple présentation du campus à un support pour compléter les cours, la réalité virtuelle gagne petit à petit sa place dans les cursus.

L’élève est ici entièrement plongé dans la scène choisie et participe à un jeu de rôle conçu sur mesure. De même, si cette technologie permet d’échouer et de recommencer, elle provoque cependant les mêmes émotions que lors d’un entraînement sur le terrain et permet de placer les étudiants dans des conditions de stress salutaires.

L’escape game pédagogique

Très en vogue dans le domaine du divertissement, l’escape game est un jeu grandeur nature qui consiste à donner à un petit groupe de personnes une mission chronométrée visant à résoudre des énigmes pour sortir de la pièce où il est enfermé ou bien pour réussir la mission principale qui lui a été confiée. Or, si des entreprises de loisir proposent de jouer les laborantins fous ou les cow-boys pour vous échapper, le monde de la formation a eu l’idée d’adapter le concept pour créer des escape games à visée pédagogique.

Plus vivant qu’une polycopie ou qu’un cours théorique, ce jeu permet de devenir acteur de ce que l’on apprend en classe avec, à la clé, une meilleure implication, le développement de compétences concrètes et l’amélioration de l’apprentissage. De la biologie moléculaire à une accusation de plagiat, en passant par le bien-être mental des étudiants, divers escape games ont déjà été expérimentés par des universités.