Coronavirus à Cannes : Quand la ville pourra-t-elle à nouveau compter sur les millions de ses congrès ?

EPIDEMIE Après une année 2020 quasi blanche, le Palais des festivals prépare sa « digitalisation » pour s’adapter à la crise sanitaire

Fabien Binacchi

— 

Le Palais des festivals accuse une baisse de 70 % de son chiffre d’affaires
Le Palais des festivals accuse une baisse de 70 % de son chiffre d’affaires — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • En 2020, l’annulation de congrès au sein du Palais des festivals de Cannes a amputé la ville de retombées économiques estimées à 700 millions d’euros.
  • Le palais investit actuellement « plusieurs millions d’euros » pour se « digitaliser ».
  • Les organisateurs du Festival de Cannes attendent la semaine prochaine pour statuer sur la prochaine édition.

Dix-sept grands événements passés à la trappe, dont le festival du film, et c’est toute l’économie qui s’est grippée. En 2020, la pandémie de Covid-19 et l’annulation en cascade des congrès n’ont pas fait que plomber le bilan du palais (-70 % de chiffres d’affaires et six suppressions de postes) : « La conséquence, c’est aussi 300.000 visiteurs en moins dans la ville et 700 millions de retombées en moins pour tous les socioprofessionnels », pointe Jean-Michel Arnaud, le président de la « locomotive économique » de Cannes.

« Avec cette crise, nous l’avons bien vu, le palais des festivals qui s’arrête, c’est la destination qui s’arrête. » Janvier 2021 : elle n’a toujours pas redémarré. Actuellement, seule une poignée d’hôtels, deux et trois étoiles essentiellement, n’est pas fermée.

Les professionnels sont dans l’expectative alors que l’épidémie et les variants du nouveau coronavirus continuent d’entraîner des mesures coercitives à travers le monde, malgré le lancement de la vaccination. « Nous avons besoin de visibilité pour pouvoir nous mettre en place sur les réouvertures, s’impatiente Christine Welter, la présidente du syndicat des hôteliers cannois. Et c’est compliqué pour les organisateurs aussi ! »

CanneSeries en avril comme un test

Pour le Festival de Cannes notamment. Traditionnellement ouverte en mai, la manifestation star n’est pas encore certaine de ne pas avoir à se décaler « entre la fin juin et la fin juillet ». Les organisateurs, qui se sont laissés un peu de temps « pour évaluer la situation », pourraient statuer la semaine prochaine.

En attendant, après un premier trimestre « blanc » dans les salles de projection et les espaces d’exposition, c’est avec CanneSeries, décalé en octobre l’an dernier, que le palais pourrait reprendre des couleurs du 9 au 14 avril. Sauf nouvel aléa. Pour le reste du programme, le centre de congrès ne préfère pas s’avancer car « ça peut bouger en fonction de la situation sanitaire ».

« On adapte la machine et on se prépare à la relancer dès que possible »

Mais les congrès ne sont pas morts sur la Croisette, qui compte toujours sur eux, assure-t-on en chœur du côté de l’hôtel de ville et du palais des festivals, où les acteurs du tourisme se sont réunis mercredi et jeudi dans le cadre d’un programme de relance baptisée « Cannes résilience ». « On adapte la machine et on se prépare à la relancer dès que possible. Les organisateurs sont eux aussi dans l’attente », note l’adjoint au tourisme Thomas de Pariente.

Le palais investit actuellement « plusieurs millions d’euros » pour se « digitaliser ». « En attendant de pouvoir reprendre le présentiel à plein régime, il est important de pouvoir proposer des solutions technologiques qui permettront aux accrédités de suivre un congrès à distance comme s’ils y étaient », explique Jean-Michel Arnaud.

Des solutions qui permettront aux organisateurs de congrès d’élargir aussi leur clientèle une fois la situation revenue à la normale. Il ne reste plus qu’à savoir quand.