Pays-de-la-Loire : Le chômage des jeunes en forte hausse malgré « une dynamique d’embauches »

EMPLOI Le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans a augmenté de plus de 17 % en un an dans les Pays-de-la-Loire

Julie Urbach

— 

Une agence Pôle Emploi.
Une agence Pôle Emploi. — Pascal Guyot
  • Les jeunes en recherche d’emploi vivent de plein fouet les effets de la crise sanitaire.
  • Pourtant, plusieurs dispositifs réservés à cette catégorie de population permettent aux recrutements de se poursuivre, veulent rassurer les acteurs de l’emploi.

Pas facile d’avoir 20 ans en 2020. Alors que la détresse s'exprime chez les étudiants, la crise sanitaire n’épargne pas les jeunes en recherche d’emploi. A tel point que dans les Pays-de-la-Loire, le taux de chômage des moins de 25 ans a augmenté « de façon inédite », encore davantage que pour le reste des habitants du territoire, ont indiqué les acteurs de l’emploi ce jeudi. Selon les derniers chiffres de Pôle Emploi, le nombre de demandeurs d’emploi (catégorie A) de moins de 25 ans a bondi de 17,7 % en un an. Soit cinq points de plus que toutes classes d’âges confondues.

Pour autant, même s’il ne suffit pas à inverser la courbe (liée notamment à la chute de l’intérim et des contrats courts), « un dynamisme d'embauches » se cacherait derrière ces mauvais chiffres. « Malgré des emplois qui disparaissent face à une population qui augmente, le recrutement des jeunes s’est poursuivi, veut positiver Jean-François Dutertre, directeur de la Direccte des Pays-de-la-Loire. Cette année, 65.073 ont été recrutés en CDI ou CDD de plus de trois mois. C’est davantage que les deux années précédentes. »

Des dispositifs spécifiques

Impulsés par le gouvernement, les dispositifs du plan «Un jeune, une solution» expliqueraient ces résultats. La prime d’embauche de 4.000 euros, versée aux employeurs pour le recrutement d’un jeune de moins de 26 ans (prolongée jusqu’à fin mars), a par exemple été déjà sollicitée 15.000 fois. Du côté de la Garantie jeunes, cette allocation versée à ceux qui s’engagent à suivre un parcours d’insertion, elle a été versée à 3.300 Ligériens (8.600 seront concernés en 2021).

Si la restauration ou le tourisme font partie des secteurs les plus sinistrés, « il y a encore tout un tas de métiers porteurs où les jeunes ont une chance, quand on travaille avec eux sur les compétences, veut rassurer Alain Mauny, directeur régional de Pôle Emploi, où 92 conseillers s’occupent spécialement des jeunes. Le bâtiment, la logistique, les transports ou encore l’agroalimentaire sont toujours des secteurs en tension. » Au troisième trimestre, dans la région, les intentions d’embauches ont bondi de 80 %, après une chute de 46 %.