Distribution : Le canadien Couche-Tard souhaite un « rapprochement » avec Carrefour

DISCUSSIONS PRELIMINAIRES Couche-Tard ne lancerait pas d’offre publique d’achat sur Carrefour si jamais il rencontrait une opposition de la part du groupe français

20 Minutes avec AFP

— 

Une enseigne d'un centre commercial Carrefour, à La Ville du Bois le 24 novembre 2020.
Une enseigne d'un centre commercial Carrefour, à La Ville du Bois le 24 novembre 2020. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

La démarche est « amicale » selon Carrefour. Le géant français de la distribution a été sollicité par le groupe d’alimentation canadien Couche-Tard pour un « rapprochement », ont indiqué mardi les deux sociétés dans des communiqués distincts. « Les discussions sont très préliminaires », a précisé l’entreprise française.

Une « transaction amicale » souhaitée

« Les termes de la transaction sont encore en discussion », a de son côté fait savoir Couche-Tard, confirmant qu’il aimerait conclure une « transaction amicale ». Ce langage suggère que le Canadien ne lancerait pas, pour le moment, d’offre publique d’achat (OPA) sur Carrefour si jamais il rencontrait une opposition de la part du groupe français. « Il ne peut y avoir de certitude à ce stade que ces discussions préliminaires aboutissent à un accord », a prévenu Couche-Tard, présent en Amérique du Nord, en Europe, en Amérique latine au travers de magasins de proximité.

D’après l’agence de presse Bloomberg, citant des sources anonymes, le rapprochement que veut Couche-Tard se ferait sous la forme d’une fusion avec Carrefour, qui revendique un réseau de 12.300 magasins dans plus d’une trentaine de pays à travers le globe et emploie plus de 320.000 personnes. Une telle transaction serait un coup de tonnerre dans le monde de la distribution où Couche-Tard joue encore un rôle mineur, alors que Carrefour en est un des acteurs majeurs au côté du géant américain des hypermarchés Walmart.

Couche-Tard refait son retard

Couche-Tard est toutefois en train de refaire son retard : le groupe a fait une entrée remarquée en novembre sur le marché asiatique en rachetant pour près de 360 millions de dollars le groupe hongkongais Convenience Retail Asia.

Le prix d’un éventuel rapprochement avec Carrefour devrait, lui, se chiffrer en milliards de dollars si l’opération se faisait. Le groupe français a réalisé un chiffre d’affaires de 80,7 milliards d’euros en 2019 et affichait une capitalisation boursière de 12,64 milliards d’euros à la Bourse de Paris mardi soir.