Aides à la relance : Bruno Le Maire accuse Anne Hidalgo de « mentir » sur les subsides reçus par Paris

GROS SOUS Anne Hidalgo a affirmé dans le « Journal du Dimanche » que la ville de Paris, en tant que collectivité locale, n’a pas reçu d’aide du gouvernement

20 Minutes avec AFP

— 

Bruno Le Maire, le 8 janvier 2021 à Paris.
Bruno Le Maire, le 8 janvier 2021 à Paris. — Stephane Lemouton -POOL/SIPA

« Les ambitions présidentielles de madame Hidalgo ne l’autorisent pas à mentir, à mentir aux Français », a fustigé ce lundi  Bruno Le Maire sur France Inter. Le ministre de l’Economie s’est agacé des propos d’Anne Hidalgo, qui avait affirmé que Paris n’avait encore reçu aucun financement dans le cadre du plan de relance.

« En ce qui concerne le plan de relance, nous n’en avons pas vu la couleur à Paris », a affirmé dimanche Anne Hidalgo dans un entretien au JDD. « Les entreprises en bénéficient sans doute à travers le chômage partiel ou les baisses d’impôt, mais les collectivités locales, qui portent 70 % de l’investissement public en France, n’ont pas reçu un euro », avait continué la mairie de Paris.

Pistes cyclables et investissements

« Elle en a vu environ un milliard d’euros », a rétorqué le ministre de l’Economie. « Nous avons mis 670 millions d’euros pour les transports en commun franciliens, 238 millions d’euros pour la rénovation des bâtiments publics de Paris, cinq millions d’euros pour les pistes cyclables dont elle nous parle, 10 millions pour le logement social », a-t-il ensuite énuméré.

Le plan de relance de 100 milliards d’euros sur deux ans prévoit notamment des baisses d’impôts pour les entreprises (20 milliards sur deux ans), ainsi que des investissements dans les transports propres (train, vélo, véhicules électriques, etc.) comme dans la rénovation énergétique des bâtiments.

Un programme visant la rénovation de 4.000 bâtiments publics pour près de trois milliards d’euros a par exemple été lancé fin 2020 et 60 projets ont été identifiés à Paris, selon le tableau de bord du ministère de l’Economie. Mais ces bâtiments n’appartiennent pas forcément à la Ville de Paris.