Grippe aviaire : La filière canard des Landes s'organise contre l'épidémie

ELEVAGE L'arrêté pris par le gouvernement vise à éviter la propagation de la grippe avaire dans le Gers

D.Bd avec AFP

— 

Gers, le 29 juillet 2016 - Un elevage de canards.
Gers, le 29 juillet 2016 - Un elevage de canards. — Gilles Durand / 20 Minutes

La filière canards des Landes, où la zone de surveillance de la grippe aviaire vient d’être étendue à une centaine de communes, se mobilise pour faire face à ce « traumatisme » et ses effets potentiellement dévastateurs pour les éleveurs.

Mardi, le ministère de l’Agriculture a pris un arrêté étendant le périmètre dans lequel un abattage préventif peut être ordonné dans une zone de 3 km autour d’un foyer de contamination au virus H5N8. Il concerne une centaine de communes, essentiellement dans le sud des Landes, en Chalosse, mais aussi dans le Béarn (Pyrénées-Atlantiques).

Des abattages préventifs ordonnés la semaine dernière

« Cet arrêté n’ordonne pas l’abattage de tous les animaux à plumes dans ces communes-là, précise Marie-Pierre Pé, porte-parole du Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog). On est toujours dans de la prévention, l’enjeu étant d’aller plus vite que le virus » et notamment de faire en sorte qu’il ne se propage pas plus à l’est, dans le Gers. « Tout le monde est mobilisé, poursuit-elle. Administration, vétérinaires, organisations de production et chambres d’agriculture qui prêtent main-forte à l’administration pour identifier les élevages et organiser le dépeuplement, salariés des abattoirs, laboratoires, etc. »

Onze foyers ont été détectés en Chalosse, le cœur historique de la production landaise de foie gras, faisant des Landes le département le plus affecté par l’épisode d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) qui touche la France depuis la mi-novembre.

La semaine dernière, des abattages préventifs de 40.000 canards avaient été ordonnés dans ce secteur.