Conso : Comment se désengager d’un abonnement caché ?

ARGENT Vous avez remarqué un prélèvement récurrent que vous ne comprenez pas sur votre compte bancaire ?

J.P. pour 20 Minutes
— 
Des promotions trop alléchantes dissimulent parfois des abonnements payants
Des promotions trop alléchantes dissimulent parfois des abonnements payants — IStock / City Presse

Certains démarcheurs veulent à tout prix gagner de nouveaux clients, quitte à ce que ce soit à leur insu. Des offres, en particulier sur Internet, appâtent ainsi en proposant de gagner des produits gratuitement ou de les acheter à des prix très attractifs.

Sauf qu’au moment de l’inscription, les consommateurs ne prêtent pas attention aux conditions générales de vente qui cachent une souscription obligatoire à un abonnement payant.

Smartphone, électroménager et prêt-à-porter ciblés

Loin d’être marginales, ces techniques de vente ont dernièrement été dénoncées par la Direction générale de la concurrence (DGCCRF). L’administration cite notamment le cas « des offres pour des iPhones à un euro » ou encore des produits comme les « machines à café expresso ou les drones, qui font également l’objet de publicités avec des abonnements cachés ». Les services de l’État ont constaté un mode opératoire similaire sur des plateformes internet proposant des réductions sur des chaussures et des vêtements. Cette fois, il faut s’inscrire en tant que « membre VIP » pour en bénéficier, ce qui déclenche du même coup « un prélèvement automatique mensuel d’un montant variable selon le site ».

Pour éviter de tomber dans le panneau, la DGCCRF rappelle les mesures élémentaires de prudence avant tout achat en ligne. Il faut se méfier des offres trop alléchantes. Toute plateforme d’e-commerce doit également afficher des informations de base obligatoires (siège social, coordonnées, numéro RCS…) et faire apparaître clairement le prix des produits et éventuels frais supplémentaires appliqués. Un récapitulatif de l’engagement pris doit en outre apparaître au moment de la souscription, afin de pouvoir corriger son choix.

Prenez les choses en main

Vous avez cliqué trop vite et regrettez votre engagement ? La loi vous donne un délai de 14 jours francs pour exercer votre droit de rétractation pour tout contrat conclu à distance. Hélas, bon nombre de consommateurs ne s’aperçoivent de ces abonnements cachés qu’après parfois de longs mois, lorsqu’ils jettent un œil attentif à leur relevé bancaire. Il est donc essentiel de surveiller régulièrement vos comptes pour débusquer toute éventuelle anomalie et limiter ses conséquences.

Une fois le prélèvement repéré, le Centre européen des consommateurs France recommande d’envoyer un courrier en recommandé avec accusé de réception à la société en cause pour contester la validité de l’abonnement, exiger son annulation et demander le remboursement des sommes versées. En parallèle, contactez votre banque pour faire opposition au prélèvement et faire valoir votre droit au « chargeback », une procédure légale qui vous permet d’obtenir un remboursement direct par l’établissement financier. En cas de litige, vous pouvez déposer une réclamation auprès de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou contacter gratuitement le Centre européen des consommateurs si la plateforme web est basée dans l’Union.