Le CSE de Hop! promet une « grosse bataille juridique » contre le plan de départ prévu par la direction

EMPLOI Le CSE de la filiale d'Air France a promis de s'opposer à un plan de départs pouvant entraîner la suppression de 1.007 postes

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion Hop! près de Lyon, en août 2020.
Un avion Hop! près de Lyon, en août 2020. — JP PARIENTE/SIPA

« On n’a pas rendu les armes. » Au lendemain de la présentation, lors du dernier comité social et économique (CSE) de la compagnie aérienne Hop!, d’un plan de départs prévoyant la suppression de 1.007 emplois, le secrétaire CGT du comité s’est engagé à tout faire pour lutter contre.

Joël Rondel promet en effet « une grosse bataille juridique au sein du tribunal administratif » en cas d’homologation de ce plan au sein de la filiale d'Air France, qui pourrait concerner 317 pilotes, 286 personnels navigants commerciaux et 404 personnels au sol sur un effectif de 2.421 emplois en équivalent temps plein (ETP).

Un plan potentiellement ouvert de janvier 2021 à octobre 2022

Les membres du CSE ont beau avoir majoritairement voté contre les deux volets du plan – sa justification économique et les mesures d’accompagnement proposées -, cet avis reste consultatif. Joël Rondel s’attend donc à voir le plan de départ déposé malgré tout pour homologation à la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). En cas d’homologation, il doit s’ouvrir en janvier 2021 pour s’achever en octobre 2022.

L’une des dispositions les plus discutées de ce plan est le sort réservé aux personnels navigants, qu’ils soient techniques (pilotes) ou commerciaux (stewards et hôtesses) souhaitant aller chez Air France : ils perdraient alors leur ancienneté et reviendraient au bas de l’échelle des salaires, avec une perte de revenu pouvant monter jusqu’à la moitié de celui-ci, selon deux navigants membres du CSE.

Si Air France n’a pas souhaité faire de commentaire sur le sujet, en 2019, le groupe perdait environ 200 millions d’euros par an sur le réseau court-courrier assuré par Hop !.