Confinement : L’activité a mieux résisté lors du reconfinement de novembre qu’au printemps, selon la Dares

CHOMAGE En novembre, 39 % des salariés ont travaillé dans une entreprise dont l’activité a diminué contre 80 % lors du premier confinement

20 Minutes avec AFP

— 

Les commerces, fermés en novembre, ont souffert mais moins qu'au printemps, peut-être grâce au click and collect.
Les commerces, fermés en novembre, ont souffert mais moins qu'au printemps, peut-être grâce au click and collect. — KONRAD K./SIPA

L’activité a résisté beaucoup mieux lors du reconfinement de novembre qu’au printemps, avec nettement moins de salariés en chômage partiel et un impact concentré sur les secteurs touchés par les restrictions, selon une étude de la Dares sortie ce mercredi.

En novembre, 39 % des salariés ont travaillé dans une entreprise dont l’activité a diminué, et 4 % dans une entreprise où elle a été à l’arrêt. La dégradation est « significative » par rapport à octobre (32 % de perte d’activité et 1 % d’arrêt) mais « bien moins marquée » que lors du premier confinement (80 % de perte et 12 % d’arrêt en avril), constate le service statistique du ministère du Travail dans cette enquête mensuelle. Les secteurs les plus touchés sont restés l’hébergement-restauration, les « autres activités de service » ce qui comprend les arts, spectacles et loisirs, et dans une moindre mesure les commerces dont ceux « non essentiels » fermés jusqu’au 28 novembre.

En novembre, 2,9 millions de salariés auraient effectivement été en activité partielle (soit 16 % du privé), après 1,8 million en octobre. C’est une forte hausse (+64 %) mais très loin du pic d’avril (8,4 millions) avec en outre moins d’heures chômées (80 en moyenne par salarié). Logiquement, cette hausse a été la plus forte dans le commerce (+374.000, plus du double par rapport à octobre). En revanche, contrairement au printemps, le recours à l’activité partielle dans l’industrie et la construction est resté faible.

Le « click and collect » a-t-il aidé les commerces ?

« Les secteurs économiques n’ont pas été pris par surprise comme au printemps, les entreprises étaient mieux préparées », notamment au niveau des protocoles sanitaires, a commenté auprès de l’AFP la ministre du Travail, Elisabeth Borne. « Même dans les commerces, on est beaucoup plus bas qu’au printemps en activité partielle, on est passé d’1,5 million de salariés à 685.000 », constate-t-elle, y voyant la conséquence du développement du click and collect.

Conséquence de ce moindre recours à l’activité partielle, les salariés sur site ont été près de deux fois plus nombreux (59 %) que lors du premier confinement, avec une faible diminution par rapport à octobre (65 %). La part des salariés en télétravail (en moyenne un jour donné au cours de la semaine du 23 novembre) se rapproche des niveaux du printemps (23 %, après 15 % fin octobre, contre 25 % en mars et en avril). « En heures télétravaillées, on n’est pas loin de mars et avril. Les salariés et les entreprises ont vraiment joué le jeu », a jugé Elisabeth Borne.