Coronavirus : La production de Toyota suspendue à Valenciennes et sur deux sites anglais

ARRET L’usine du Nord de la France emploie plus de 4.000 personnes en trois-huit

20 Minutes avec AFP

— 

Dans l'usine Toyota de Valenciennes, le 28 avril 2020.
Dans l'usine Toyota de Valenciennes, le 28 avril 2020. — CHINE NOUVELLE

L’apparition d’une nouvelle variante du coronavirus outre-Manche a contraint Toyota à prendre une décision radicale. Le géant automobile japonais va suspendre l’activité de trois usines : celle de Valenciennes dans le nord de la France et deux en Grande-Bretagne. La direction de la communication de l’usine française d’Onnaing, près de Valenciennes, a justifié lundi ce choix par les « pénuries de pièces attendues dues aux retards de transport et […] la nature incertaine de la durée de fermeture des frontières pour les activités logistiques ».

Ainsi, l’usine de Valenciennes, qui fabrique la Yaris et emploie plus de 4.000 personnes en trois-huit, « ne sera plus approvisionnée à partir du mardi 22 décembre à 6h00 ». « Le site qui possède environ 7 heures de stock pourra produire jusqu’à la fin de l’équipe du matin soit 13h30. Les équipes de mardi après-midi et de nuit seront donc annulées ainsi que les 3 équipes prévues le mercredi 23 décembre », a-t-elle précisé. L’usine devait initialement fermer jeudi matin, après l’équipe de nuit, pour les fêtes.

Le problème des flux tendus

« Avant, les stocks étaient dans les entrepôts, maintenant les stocks sont sur les routes dans les camions », a regretté Eric Pecqueur, délégué CGT. « C’est le principe des flux tendus ». « Les routiers ne peuvent pas venir, ils sont bloqués là-bas », a rappelé Thomas Mercier, délégué syndical CFDT, après la tenue d’un CSE extraordinaire lundi. Selon lui, cette décision pourrait aussi avoir des conséquences pour l’usine de Pologne qui fabrique les moteurs de la Yaris. La production pourrait redémarrer le lundi 28 décembre après-midi, « si la situation évolue », selon la direction.

La France a suspendu depuis dimanche minuit et pour 48 heures tous les déplacements de personnes en provenance du sol britannique, « y compris liés aux transports de marchandises, par voie routière, aérienne, maritime ou ferroviaire ». Seul le fret non accompagné reste autorisé.