Bridgestone : Adoption de premières mesures d’accompagnement social de la fermeture de l'usine de Béthune

SOCIAL Le géant japonais du pneumatique avait annoncé mi-septembre la fermeture courant 2021 de l’usine de pneumatiques de Béthune

20 Minutes avec AFP

— 

L'usine Bridgestone de Béthune
L'usine Bridgestone de Béthune — F.Launay/20 Minutes

La direction de Bridgestone France s’est félicitée vendredi de l’adoption d’un ensemble de mesures sociales d’accompagnement de la fermeture de l' usine de pneumatiques de Béthune avec la majorité des organisations syndicales, l’intersyndicale se disant satisfaite d’avoir obtenu un congé de reclassement « à la hauteur du préjudice ».

« Bridgestone France et la majorité des organisations syndicales représentatives ont entériné ce jour (…) un premier ensemble de mesures sociales d’accompagnement relatives au projet de cessation d’activité du site de Béthune », a annoncé la direction dans un communiqué.

Congé de reclassement de 21 à 24 mois

Ces mesures comprennent un dispositif de préretraite avec prise en charge d’une durée de sept ans et allocation de 75 % du salaire brut ainsi qu’un congé de reclassement de 21 à 24 mois, selon la situation des salariés.

Un dispositif de départs anticipés a par ailleurs « permis de valider à ce stade le projet de plus de 131 salariés », sur les 863 du site, « dont 33 ont trouvé un poste en CDI », souligne la direction.

Joint par l’AFP, l’avocat du CSE Me Stéphane Ducrocq s’est dit « très satisfait » des mesures d’accompagnement adoptées. « Les organisations syndicales ont obtenu quasiment ce qu’elles voulaient, un congé de reclassement porté à 24 mois, à la hauteur du préjudice subi par les salariés », a-t-il estimé.

Il a salué le « combat âpre, difficile » de l’intersyndicale pour « convaincre la direction que faire un plan dans les normes ne suffirait pas ».

Fermeture de l’usine courant 2021

Le 10 décembre, les responsables syndicaux de l’usine avaient dénoncé la position « honteuse » de la direction dans les négociations liées à la fermeture du site. L’intersyndicale avait revendiqué initialement un congé de reclassement de 36 mois, contre 12 à 15 mois proposés par la direction, selon Me Ducrocq.

Le géant japonais du pneumatique avait annoncé mi-septembre la fermeture courant 2021 du site de Béthune, invoquant un problème de surcapacité de production en Europe, avant de fermer la porte à un scénario alternatif proposé par le gouvernement pour sauver l’usine et y préserver environ 500 emplois.