Coronavirus à Toulouse : Les syndicats de Latécoère se mobilisent contre la suppression programmée d’un tiers des effectifs

AERONAUTIQUE Touché par la crise dans l’aéronautique consécutive au Covid-19, l’équipementier Latécoère a préparé un plan social prévoyant 475 suppressions de postes, soit un tiers de son effectif

20 Minutes avec AFP

— 

Un rassemblement de la CGT contre le plan social chez l'équipementier aéronautique Latécoère, le 8 décembre 2020 à Toulouse.
Un rassemblement de la CGT contre le plan social chez l'équipementier aéronautique Latécoère, le 8 décembre 2020 à Toulouse. — Frédéric Scheiber / AFP

Les syndicats FO et CGT de Latécoère se sont mobilisés mardi à Toulouse pour infléchir le plan social prévoyant la suppression de 475 postes sur un total de quelque 1.500 salariés de l’emblématique équipementier aéronautique.

FO, l’un des deux premiers syndicats de l’entreprise avec la CFE-CGC, a présenté à la direction une proposition lors d’une réunion de négociation sur le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi). La direction de l’équipementier a décidé de suspendre la séance prévue mardi afin d’étudier cette proposition, qualifiée d'« importante », avant une nouvelle réunion vendredi.

Des négociations jusqu’à mi-janvier

Ce document, dont les détails n’ont pas filtré, vise à limiter au maximum les licenciements en faisant appel à l’activité partielle de longue durée (APLD), a déclaré Stéphane Faget (FO), qui a mis en avant une certaine « confidentialité ». Les négociations doivent se poursuivre jusqu’à la mi-janvier.

Toujours ce mardi, quelques dizaines de salariés de Latécoère se sont rassemblées à l’appel de la CGT, troisième syndicat de l’entreprise, devant le siège de l’équipementier à Toulouse pour dire « non aux licenciements ». « On voulait donner de la visibilité aux gens qui ne sont pas d’accord avec la façon dont se passent les négociations », a affirmé José Pujol, délégué syndical CGT chez Latécoère.

Par ailleurs, dans une autre entreprise de la région toulousaine, Cauquil, qui fabrique des pièces détachées, notamment pour Airbus, la CGT dénonce également un PSE prévoyant la suppression de 32 postes sur 76, ce qui se traduirait d’après le syndicat par au moins 22 licenciements secs. Selon Hervé Dessolin, représentant syndical CGT chez Cauquil, ce plan social est disproportionné par rapport à la baisse d’activité prévue en 2021.

Le PDG de l’entreprise Didier Cauquil a défendu un PSE qu’il a qualifié de « bien construit », soulignant une forte baisse d’activité due aux conséquences de la pandémie de coronavirus sur le secteur du transport aérien.