Coronavirus : « Le week-end a été bon » dans les commerces, selon Pannier-Runacher

CONSOMMATION Dans les commerces, l’affluence de ce week-end de réouverture ressemblait à celle de l’an dernier, malgré une certaine méfiance envers les grandes surfaces, selon la ministre déléguée

20 Minutes avec AFP

— 

File d'attente devant un magasin à Lyon, le 28 novembre 2020.
File d'attente devant un magasin à Lyon, le 28 novembre 2020. — KONRAD K./SIPA

Après quatre semaines de fermeture pour cause de pandémie, « le week-end a été bon » dans les commerces, a estimé dimanche soir la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher. Ils ont été autorisés à rouvrir dès samedi.

Il y a eu « de l’affluence, pas plus que l’année dernière, ce n’est pas une cohue, mais les clients ont acheté (…) comme le dernier week-end de novembre l’année dernière, qui avait été un très bon week-end », a-t-elle déclaré. « En revanche, les gens ne viennent pas de loin » puisqu’une limite de 20 kilomètres s’applique encore aux déplacements, et « il y a encore un peu de méfiance pour les grandes surfaces », a-t-elle ajouté.

La date des soldes encore incertaine

Par ailleurs, l’après-midi de samedi s’est « très mal terminé » pour les commerçants sur des lieux de manifestations contre la loi «sécurité globale» à Bordeaux et à Marseille, a-t-elle relevé. Agnès Pannier-Runacher s’est dite « favorable » à ce que les commerçants puissent rester ouverts exceptionnellement le dimanche au mois de janvier « dans les zones où il y a du flux, mais pas partout nécessairement ».

« La question ne se pose pas dans les mêmes termes à Paris ou dans les bourgs plus petits », a-t-elle dit. De même, elle a indiqué qu’elle était ouverte à repousser la date d’ouverture des soldes – prévue le 6 janvier pour l’instant – « à condition que cela corresponde à un réel besoin » exprimé par les commerçants.

« Cela va dépendre de décembre : si les stocks diminuent, c’est bien d’avoir des soldes début janvier, sinon il faudra peut-être décaler », a indiqué la ministre. Les commerces dits « non essentiels » ont été autorisés à rouvrir samedi après avoir été contraints de fermer début novembre pour limiter la circulation du coronavirus.