Nice: Après un mois de fermeture forcée pour cause de Covid-19, Nicétoile se prépare à un sprint décisif jusqu’à Noël

DECONFINEMENT Le centre commercial de l’avenue Jean-Médecin espère retrouver sa fréquentation habituelle dès ce samedi avec la réouverture

Michel Bernouin
— 
Dans cette boutique de chaussures du centre commercial Nicétoile, on s'affaire pour que tout soit prêt samedi matin
Dans cette boutique de chaussures du centre commercial Nicétoile, on s'affaire pour que tout soit prêt samedi matin — M. Bernouin / ANP / 20 Minutes
  • Les boutiques qui avaient été jugées « non essentielles » se préparent à rouvrir.
  • Ce premier week-end de déconfinement donnera le ton de l’activité jusqu’à la fin de l’année.

Sur le pont depuis 6 h du matin jeudi, cette responsable d’une grande enseigne du centre commercial Nicétoile ne touche plus terre. Débordée par les commandes, confinement oblige, du « click and collect » et les palettes de livraisons qui s’accumulent en prévision de la réouverture de samedi, alors que la moitié du personnel est encore en chômage partiel.

Devant les « ascenseurs bulles » du hall central, qui rappellent ceux d’un paquebot, les illuminations de Noël scintillent déjà, comme si de rien n’était. Mais les allées désespérément vides rappellent la dure réalité du « confinement » : moins de 6.000 personnes par jour pénètrent actuellement dans le centre commercial de l’avenue Jean-Médecin à Nice. « Huit fois moins qu’en temps normal » a calculé le directeur, Patrick Nolier.

Loyers offerts aux commerçants

A la barre de ce vaisseau de 100 boutiques et restaurants, il vient d’essuyer deux tempêtes en moins d’un an. « Nous avons réduit la plage horaire d’ouverture du centre et offert lors du premier confinement trois mois de loyer aux commerçants indépendants, un à deux mois aux grandes enseignes, pour les aider à passer le cap. On a tout intérêt à ce que nos commerçants soient en bonne santé ».

L’horizon doit s’éclaircir samedi. « Nous sommes prêts, nous maîtrisons les process, que nous avions expérimentés au printemps lors du premier déconfinement ». Des stickers indiquent des sens de circulation, le gel hydroalcoolique est disponible et des capteurs, installés bien avant l’arrivée du Covid-19, permettent de connaître en temps réel le nombre de personnes présentes dans la galerie marchande. « Pour respecter la règle des 8 m2 par client, nous avons une jauge fixée à 3.500 : lorsque nous arrivons à 90 % de cette capacité nous recevons une alerte et les agents de sécurité stoppent les entrées ».

« Je suis un peu angoissée »

Mais y aura-t-il du monde pour ce premier jour d’ouverture depuis un mois des commerces jugés « non essentiels » ? « Je suis un peu angoissée, confie Michèle Bensadoun, qui tient une boutique de chaussures au sous-sol. « Les premiers clients vont donner la tendance. J’ai peur qu’ils viennent mais qu’ils attendent le 4 décembre [date choisie pour un « black friday » cette année] pour acheter ». Ce serait un coup dur pour cette commerçante : « On a déjà loupé novembre, qui est notre meilleur mois, on a 1.300 paires de chaussures invendues et peu de trésorerie »

Derniers préparatifs dans la nouvelle boutique du Stade Niçois Rugby, au centre commercial Nicétoile
Derniers préparatifs dans la nouvelle boutique du Stade Niçois Rugby, au centre commercial Nicétoile - M. Bernouin / ANP / 20 Minutes

Sur les quatre niveaux de Nicétoile, les employés s’affairent derrière les rideaux de fer. Des ouvriers achèvent même les finitions de certains commerces : « Aucune boutique n’a disparu à cause du confinement, nous allons même en ouvrir de nouvelles samedi ». Deux restaurants et une boutique officielle du Stade Niçois Rugby vont essuyer les plâtres dès samedi.