Confinement : Une nouvelle aide aux entreprises de certains secteurs pénalisés par la crise

CORONAVIRUS Cette aide concernera les secteurs comme l’hôtellerie, le tourisme ou l’événementiel, dont le chiffre d’affaires a chuté « au moins de moitié »

20 Minutes avec AFP

— 

paris le 12 novembre 2012. Les etudiants de l'Institut Paul Bocuse, prestigieuse ecole de management en hotellerie, restauration et arts culinaires assurent le service integral des 800 couverts de la celebre brasserie parisienne du groupe Flo au cote des personnels habituels.
paris le 12 novembre 2012. Les etudiants de l'Institut Paul Bocuse, prestigieuse ecole de management en hotellerie, restauration et arts culinaires assurent le service integral des 800 couverts de la celebre brasserie parisienne du groupe Flo au cote des personnels habituels. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Ils en ont bien besoin, après deux confinements. Une aide « de 15 % à 20 % » du chiffre d’affaires sera accordée aux entreprises des secteurs affectés par la crise comme l’hôtellerie, le tourisme ou l’événementiel, et dont le chiffre d’affaires a chuté « au moins de moitié », a indiqué jeudi le Premier ministre Jean Castex.

Lors d’une conférence de presse, le chef du gouvernement a rappelé le nouveau mode de calcul du Fonds de solidarité pour les entreprises qui resteront fermées en décembre, sur la base de 20 % du chiffre d’affaires réalisé pendant la même période de 2019, lorsqu’il est plus favorable que l’aide de 10.000 euros. Le ministère de l’Economie a précisé que l’aide aux secteurs pénalisés mais dont les entreprises restent ouvertes pourra être de 10.000 euros, ou si c’est plus favorable, de 15 % du chiffre d’affaires si celui-ci baisse de moitié ou de 20 % s’il baisse d’au moins 70 %.

Les discothèques aussi

Jean Castex a ajouté que les discothèques seraient prises en charge par le nouveau dispositif. « Elles demeurent fermées depuis un temps certain, je pense que tout le monde en comprend les raisons. Hélas, l’heure n’est pas à la réouverture des discothèques. Elles seront pleinement bénéficiaires du fonds de solidarité rénové, on ne peut pas les laisser tomber », a-t-il déclaré.

Les fournisseurs du secteur du tourisme comme les blanchisseries ou le commerce de gros continueront en décembre à bénéficier d’une aide plafonnée à 10.000 euros si leur chiffre d’affaires est divisé par deux, dans la limite de 80 % de leur perte, a détaillé Bercy. Pour les entreprises des autres secteurs, le fonds de solidarité restera en place en décembre mais plafonné à 1.500 euros, là aussi si le chiffre d’affaires diminue de moitié.

« L’ensemble de ces dispositifs de soutien représente un coût mensuel de 3,5 milliards d’euros » pour décembre, selon Bercy. Pour le seul mois de novembre avec beaucoup de commerces fermés qui pourront rouvrir le samedi 28, le coût pour le Fonds de solidarité a été estimé à 6 milliards d’euros.