Le chômage de catégorie A continue sa baisse en octobre avec -1,6% d'inscrits

EMPLOI Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (sans activité) a de nouveau diminué en octobre, avec 60.100 inscrits en moins

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration agence pole emploi recherche d emploi chomage. Nantes le 16 09 2014. French employment agency Pole Emploi in Nantes on september 16 2014./SALOM-GOMIS_115711/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1409161219
Illustration agence pole emploi recherche d emploi chomage. Nantes le 16 09 2014. French employment agency Pole Emploi in Nantes on september 16 2014./SALOM-GOMIS_115711/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1409161219 — SIPA

C’est une bonne nouvelle. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) a de nouveau diminué (-1,6 %) en octobre, soit 60.100 inscrits en moins, pour s’établir à 3,794 millions, selon les chiffres de la Dares publiés ce mercredi.

En dépit de cette sixième baisse mensuelle consécutive, le nombre de chômeurs reste supérieur de 10 % à celui de fin février avant le début de la crise sanitaire. En incluant l’activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi baisse de 0,7 % (-40.800), pour le quatrième mois de suite, à 6,004 millions.

Une baisse en trompe-l’œil ?

La baisse de la catégorie A concerne toutes les régions de France et toutes les tranches d’âge, même si elle est plus forte chez les jeunes (-2,4 %). Elle s’explique avant tout par des bascules de chômeurs qui ont repris une activité réduite courte (catégorie B, moins de 78 heures par mois) et surtout longue (catégorie C, plus de 78 heures par mois, en hausse de 23.600).

Avant la mise en place du confinement fin octobre, le nombre de demandeurs d’emploi ne semble pas avoir subi les conséquences du couvre-feu dans certains secteurs (spectacle, restauration…) qui ont pu recourir à l’activité partielle.

La Dares n’observe pas encore de très forte hausse des entrées à Pôle emploi pour licenciement économique malgré la hausse des plans sociaux, du fait du décalage entre les annonces et la mise en œuvre effective d’un PSE.