Coronavirus : L’économie européenne mettra encore deux ans pour se rétablir, selon la BCE

CRISE Pour le chef économiste de l’institution, « tant que le vaccin n’est pas massivement distribué, nous resterons dans une période d’incertitude »

20 Minutes avec AFP

— 

Des billets en euro (illustration).
Des billets en euro (illustration). — GILE Michel

La mauvaise nouvelle n’est pas surprenante, mais elle a l’avantage d’être confirmée par le chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE) en personne. Selon Philip Lane, les effets du coronavirus vont se faire durablement sentir. Le PIB européen ne retrouvera pas son niveau de 2019 avant l’automne 2022. Surtout, le début du redressement n’est pas pour tout de suite.

Les effets sur la consommation

« Ce que nous regardons de près, c’est la circulation du virus, qui contraint inévitablement les comportements des consommateurs, davantage que les mesures de confinement elles-mêmes (…). La question est de savoir combien de temps cela va durer », analyse l’économiste irlandais, dans un entretien aux Echos. « Ce qui semble certain, en revanche, c’est que les dernières semaines de 2020 ne verront pas d’amélioration », ajoute-t-il.

Pour lui, « tant que le vaccin n’est pas massivement distribué, nous resterons dans une période d’incertitude. Le vaccin apporte surtout une perspective pour la fin de l’année prochaine et pour 2022, pas pour les six prochains mois ». Ainsi, « le PIB ne retrouvera pas le niveau de 2019 avant l’automne 2022. Il y aura des effets de long terme, par exemple sur la confiance et l’épargne, sur le retour au travail. Malgré le vaccin, il y aura des dommages durables. L’économie européenne sortira de cette crise durablement affaiblie », dit-il encore. Après la crise sanitaire, la crise économique s’annonce donc longue.