Coronavirus : Jusqu’à 10,8 milliards d’euros de manque à gagner si les commerces non-essentiels restent fermés en décembre

TICKET DE CAISSE C’est une prévision qui fait l’hypothèse d’une fermeture des commerces non-essentiels en décembre en plus de novembre

20 Minutes avec AFP

— 

Un magasin fermé à Rennes pendant le premier confinement. (archives)
Un magasin fermé à Rennes pendant le premier confinement. (archives) — DAMIEN MEYER / AFP

Le manque à gagner des commerces non-essentiels, actuellement fermés pour cause de reconfinement, pourrait atteindre 10,8 milliards d’euros pour la période novembre-décembre, estime vendredi l’assureur-crédit Euler Hermes dans une étude. Si cette mesure contraignante dans le cadre de la lutte contre la 2e vague de Covid-19 devait s’appliquer uniquement au cours du mois de novembre, le manque à gagner tomberait à 4,4 milliards d’euros, est-il précisé.

« Les quelques assouplissements accordés par l’Etat (click-and-collect, livraisons à domicile) et l’adoption rapide des outils digitaux par les commerçants ont permis de limiter quelque peu ce manque à gagner », détaille l’analyste Aurélien Duthoit. « Nous estimons qu’une fermeture complète des commerces non-essentiels physiques en novembre et décembre, et donc une absence totale de ventes, aurait engendré un manque à gagner de 18 milliards d’euros pour les entreprises concernées. »

Les plus gros mois de l’année

« En regardant l’historique des données, on observe que les mois de novembre et décembre représentent une part essentielle des ventes annuelles dans de nombreux segments. Elles représentent plus de 40 % des ventes annuelles des magasins de jouets, et plus de 25 % pour les commerces de cosmétiques, de livres et de bijoux », poursuit-il.

D’autant que, selon l’étude, le manque à gagner subi par les entreprises du secteur lors du premier confinement au printemps n’a pas été compensé par le fort rebond de la demande constaté entre juin et septembre 2020. « A fin septembre, les ventes enregistrées depuis le début de l’année étaient toujours inférieures, en moyenne, de 10 % aux niveaux de 2019 », assure ainsi encore Euler Hermes.

Fermés depuis la fin octobre, les commerces dits non-essentiels souhaitent pouvoir ouvrir de nouveau le 27 novembre. Une décision sera prise « la semaine prochaine », a indiqué le porte-parole du gouvernement, qui prévoit pour l’instant la possibilité d’une réouverture au mardi 1er décembre sous réserve d’une évolution favorable sur le front de l’épidémie.