Coronavirus : Amazon France accepte de reporter le Black Friday au 4 décembre

CONSOMMATION Le report de cette journée de promotions était réclamé depuis plusieurs jours par les petits commerçants, ainsi que par le ministre de l'Economie

20 Minutes avec AFP

— 

Un entrepôt Amazon (image d'illustration).
Un entrepôt Amazon (image d'illustration). — USA Today Network/Sipa USA/SIPA

Amazon est prêt à décaler d’une semaine en France l’opération promotionnelle du Black Friday, comme le demande le gouvernement, à condition que les commerces puissent rouvrir plus rapidement, a indiqué jeudi le patron de la filiale française du géant du commerce en ligne.

« Nous avons décidé de reporter la date du Black Friday si cela permet de rouvrir les commerces et les magasins physiques avant le 1er décembre », a déclaré sur TF1 le directeur général d’Amazon France, Frédéric Duval. Cette opération promotionnelle initialement prévue le 27 novembre aura finalement lieu le 4 décembre, a-t-il précisé. « Nous servirons l’ensemble des Français (…) et nous serons aussi un support à l’ensemble des milliers de TPE et PME qui vendent par notre intermédiaire », a-t-il poursuivi.

Un engagement sur tout le territoire

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait demandé mercredi aux acteurs de la distribution de « décaler » cette opération promotionnelle. « Est-ce que vraiment, vendredi prochain, c’est la bonne date pour organiser un Black Friday ? Ma réponse est non », avait affirmé le ministre. Un « nouvel échange » avec les acteurs concernés est prévu « demain (vendredi) à 15 heures, en vue de finaliser un accord ».

Les grands distributeurs et les spécialistes du commerce en ligne semblent percevoir d’un bon œil la demande du gouvernement, mais à condition qu’elle mène vers une ouverture rapide des magasins… et qu’elle soit respectée par tout le monde. « Nous avons dit dès ce matin (…) que nous étions d’accord pour être flexibles et nous adapter à la demande du ministre dans la mesure où une convergence s’organiserait au sein de la profession », a expliqué pour sa part à l’AFP Fabien Versavau, PDG France du Japonais Rakuten, faisant de ce dernier point une « condition absolument impérative ».

La grande distribution favorable à la mesure

Autre point-clé : « Ce report n’est pas une fin en soi et il ne doit surtout pas servir d’alibi à un prolongement de la fermeture des commerces », soulignent les Commerçants et artisans des métropoles de France (CAMF), la Fédération française des associations de commerçants (FFAC), le Conseil national des centres commerciaux (CNCC), la Fédération nationale des centres-villes « vitrines de France » (FNCV) et la Confédération des commerçants de France (CDF). La « priorité absolue » reste la réouverture des commerces le 27 novembre.

De leur côté, les acteurs de la grande distribution se disent prêts à organiser le décalage des promotions, toujours à condition que cela permette de rouvrir l’ensemble des commerces au plus vite. « Système U est favorable au compromis en cours de discussion (…) pour permettre une réouverture sereine et sécurisée de tous les commerces dès le samedi 28 novembre », a déclaré son président Dominique Schelcher sur Twitter.

Des doutes au Medef

Le patron de Carrefour Alexandre Bompard a aussi donné son accord pour suspendre le Black Friday afin de favoriser la réouverture des petits commerces, a indiqué le groupe à l’AFP, confirmant une information de BFM TV. Certains émettent toutefois des réserves. Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a ainsi estimé sur RTL qu’il n’était « pas raisonnable » de vouloir décaler le Black Friday « huit jours avant ».

« Notre crainte, et nous appelons le ministre à la vigilance, c’est qu’il y a beaucoup de sites et distributeurs internationaux qui exploitent des plateformes e-commerces mondiales avec une traduction française », s’inquiète aussi Fabien Versavau. « Vont-elles décaler uniquement leur campagne française ? », interroge-t-il.

Venu des Etats-Unis, le Black Friday est une opération promotionnelle d’initiative privée. Contrairement aux dates des soldes, le gouvernement n’a pas la main sur la tenue de cette opération, qui connaît chaque année un engouement croissant en Europe.