Alsace : Privées de marché de Noël, des créatrices lancent un chalet virtuel

INITIATIVE Elles sont désormais dix à être réunies sur un site internet commun qui leur sert de vitrine

Thibaut Gagnepain
— 
Le site Le marché des Alsaciennes
Le site Le marché des Alsaciennes — Le marché des Alsaciennes
  • Pas de marchés de Noël cette année en Alsace ? Des créatrices se sont unies pour lancer un site internet.
  • Celui-ci sert de vitrine et renvoie à leurs propres pages de ventes.
  • « Il y avait un trafic de 800 personnes sur le site dès les premiers jours et moi, j’ai eu ma première commande après même pas trente minutes », apprécie Mathilde Ringler, l’une des fondatrices de la plate-forme.

Pas de chalet, de vin chaud et de déambulations à la nuit tombée entre les étals. Avec la crise sanitaire, les marchés de Noël d'Alsace ont été annulés cette année, comme à Strasbourg.

Mathilde Ringler, elle, avait prévu de vendre ses bijoux à celui de Sélestat, dans le Bas-Rhin toujours. « Quand on a vu qu’il n’aurait pas lieu, on s’est dit que c’était bien trop dommage de ne rien faire. On voulait absolument voir vivre notre marque », explique la cofondatrice des « Engrainées ». « Comme j’avais gardé le contact avec d’autres exposantes rencontrées l’an dernier, on a eu une idée ».

Une idée simple : créer un site internet où leurs produits seraient vendus. Enfin exposés plutôt car « Le marché des Alsaciennes » renvoie vers les sites de ventes propres à chaque créatrice. « Vu qu’on a monté tout ça en une dizaine de jours à partir de début novembre, ça aurait été trop compliqué en si peu de temps. En plus, il aurait fallu mettre nos stocks en commun, c’était problématique », poursuit celle qui est, dans le civil, gestionnaire de publicité sur le web.

« On était que des filles… »

De trois à l’origine du projet, elles sont aujourd’hui dix. « Je suis allé voir sur Etsy et j’ai contacté d’autres personnes. Le critère, c’était qu’elles aient un site de vente qui ne soit pas une page Facebook, et qu’elles soient alsaciennes vu le nom de notre site », détaille encore Mathilde Ringler, sans nier un petit sexisme originel. « On était que des filles à se lancer là-dedans alors… »

Mis en ligne le 12 novembre, « Le marché des Alsaciennes » a plutôt réussi son départ. « Il y avait un trafic de 800 personnes sur le site dès les premiers jours et moi, j’ai eu ma première commande après même pas trente minutes », apprécie cette habitante de Colmar, 25 ans. Avec ses "associées" dans l’aventure, elle espère maintenant encore attirer d’autres créatrices. « On a déjà réuni nos communautés respectives mais plus on est, plus on a de portée. Après, on décide à dix qui peut nous rejoindre. Quelqu’un nous proposait de vendre des masques, on a dit non car ça ne nous semblait pas être dans l’esprit. »

Un site pas que pour Noël

Leur site, où le mot Noël n’a volontairement pas été choisi, devrait s’installer sur la durée, peu importent les saisons. « On a payé pour un an l’hébergement et payé un peu de pub sur Instagram et Facebook, conclut Mathilde Ringler. C’est de l’argent qu’on aurait dépensé si on avait exposé sur les marchés de Noël. Ne pas pouvoir y aller nous a forcées à nous remettre en question. A l’arrivée, ça donne quelque chose de chouette ! »