« Black Friday » : Ce n’est « pas raisonnable » de vouloir le décaler, estime le président du Medef

PROMOTIONS Geoffroy Roux de Bézieux estime que la solution est plutôt d’ouvrir tous les commerces dès le 27 novembre

20 Minutes avec AFP

— 

Après le black friday, le cyber monday s'annonce être une journée de consommation effrenée
Après le black friday, le cyber monday s'annonce être une journée de consommation effrenée — LEON NEAL / AFP

A une semaine de l’opération promotionnelle, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé, ce jeudi, qu’il n’était « pas raisonnable » de vouloir décaler le « Black Friday », estimant qu’il fallait plutôt ouvrir tous les commerces dès le 27 novembre.

« Tout est imaginable, mais pas huit jours avant. Il y a des supermarchés qui ont préparé leur catalogue. (…) On parle beaucoup d’Amazon (…) mais il y a plein de commerçants français qui ont préparé leurs promotions », a affirmé le président du Medef sur RTL.

Une décision de « bon sens »

« Et il ne faut pas que ce soit un prétexte pour nous dire, on repousse le "Black Friday" donc vous n’ouvrez pas le 27, ce qui est peut-être ce qui peut se dessiner derrière », s’est-il inquiété. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a demandé mercredi aux distributeurs de décaler cette opération promotionnelle, Bercy assurant dans la foulée que cette demande ne préjugeait en rien de la décision sur la date de réouverture des commerces.

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, « il faut que tout le monde soit ouvert » le 27 novembre. « Je ne peux pas croire qu’à trois jours près, entre le 1er décembre et le 27 novembre, ça ait un effet épidémique », a-t-il avancé. Les professionnels « attendent une décision de bon sens », a-t-il insisté, ajoutant qu’ils sont prêts à renforcer les règles sanitaires dans leurs commerces. Pour lui, la bonne solution est de durcir les jauges de clients autorisés en même temps dans les magasins.

Les commerces ouverts tous les dimanches à partir de janvier ?

Outre des extensions d’horaires, mais qui ont « une limite », il a aussi avancé qu’on pouvait réfléchir à ouvrir des dimanches supplémentaires en janvier. Au-delà de la réouverture des commerces, les entreprises, notamment les restaurants et tous les autres secteurs fermés, attendent « une vision à moyen terme, sur trois-quatre mois, sur une saine cohabitation, un bon équilibre, entre économie et santé ».

S’inquiétant d’un pays « à cran », il a jugé important que le gouvernement concerte sur les restrictions qui vont perdurer au-delà du confinement. « Ça ne peut pas tomber verticalement », a-t-il prévenu, reprenant la critique formulée la veille par le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger. Pour les restaurants, il a par exemple proposé qu’ils puissent rouvrir à condition que les clients qui veulent y aller acceptent de se faire géolocaliser.