Pouvoir d’achat : Paris dans le trio des villes les plus chères du monde

COUT DE LA VIE La capitale est à égalité avec Zurich et Hong Kong dans un rapport de The Economist

20 Minutes avec AFP

— 

Une vue de Paris, le 13 novembre 2020.
Une vue de Paris, le 13 novembre 2020. — imageBROKER.com

Ce n’est pas un classement qui va forcément faire plaisir aux Parisiens. Paris et Zurich ont rejoint Hong Kong au rang des villes au coût de la vie le plus cher au monde. Singapour et Osaka ont ainsi cédé leur place dans le trio de tête, d’après une enquête publiée ce mercredi par l’hebdomadaire The Economist.

Le plus gros mouvement a été enregistré par Téhéran, qui a bondi de 27 rangs à cause de l’impact des sanctions américaines, selon le rapport 2020 sur le Coût de la vie dans le monde. Ailleurs, c’est la conséquence de la crise sanitaire sur le dollar qui est le principal facteur de variation du pouvoir d’achat dans de nombreux pays. « La pandémie de Covid-19 a fait perdre en valeur le dollar américain tandis que les monnaies d’Europe de l’ouest ou du nord de l’Asie se sont renforcées, ce qui a eu des conséquences sur le prix des biens et services », remarque Upasana Dutt, l’une des responsables de l’étude.

Hausse de l’euro et du franc suisse

Ainsi, « Paris et Zurich ont rejoint Hong Kong en haut du classement à cause de la hausse de l’euro et du franc suisse par rapport au dollar », note le rapport, qui précise que les prix à Singapour ont notamment reculé à cause d’une moindre demande suite à un exode de travailleurs étrangers. A Osaka, « les prix à la consommation ont stagné et le gouvernement japonais a subventionné les coûts comme ceux des transports publics ». Aux Etats-Unis, New York a perdu une place pour se retrouver septième ex aequo avec Genève, et Los Angeles a reculé à la 9e place, à égalité avec Copenhague.

Partout, le coût de la vie a reculé dans la foulée des prix des vêtements, les travailleurs assignés à domicile à cause des mesures de confinement face à la pandémie ayant reporté à plus tard l’achat de nouvelles tenues. A l’inverse, la montée en puissance du télétravail a occasionné un bond des achats d’appareils électroniques, catégorie de produits qui a vu ses prix augmenter le plus d’après l’étude.