Le gouvernement en chasseur de primes des banquiers

— 

L'Etat a accru, hier, la pression sur les dirigeants des banques pour qu'ils renoncent à leurs bonus s'ils veulent continuer à bénéficier du plan de soutien. S'ils ne changent pas d'attitude, « ils devront trouver un autre guichet » pour se recapitaliser, a lancé la ministre de l'Economie, Christine Lagarde. Jeudi, Nicolas Sarkozy leur avait demandé de renoncer à la part variable de leur rémunération de 2008. Ils sont d'ailleurs convoqués aujourd'hui à l'Elysée. Pour l'heure, seul les dirigeants de BNP Paribas ont annoncé qu'ils ne percevraient pas leurs bonus en 2009. En revanche, la Société générale et le Crédit agricole traînent les pieds. Pour la Fédération bancaire française (FBF), les rémunérations relèvent de la « compétence exclusive » des conseils d'administration. ■