L'état pourrait prendre le volant

— 

Un projet qui s'accélère. L'Etat pourrait monter dans le capital de certains groupes automobiles en échange de son soutien financier, a affirmé, hier, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Luc Chatel, dans un entretien au Figaro, à la veille de la tenue d'états généraux de l'auto. ■