Il n'y a plus d'eau dans le gaz

Luc Lemaire

— 

Officiellement, le bras de fer est terminé et les livraisons de gaz russe vers l'Ukraine et l'Europe reprendront dans les tout prochains jours. La Russie et l'Ukraine ont en effet conclu hier un accord selon lequel Moscou vendra son gaz à Kiev « à un prix fondé sur la formule européenne », mais avec un rabais de 20 % pour l'année 2009 « à condition que les prix du transit [ les droits de passage réclamés par l'Ukraine] restent au niveau fixé pour 2008 », a expliqué le Premier ministre russe, Vladimir Poutine. « A partir du 1er janvier 2010, l'Ukraine et la Russie passeront à des prix européens pour le gaz et pour le transit », a-t-il précisé.

Cet accord entre Vladimir Poutine et son homologue ukrainienne, Ioulia Timochenko, met fin à plus de deux semaines d'âpres négociations. La Russie avait en effet interrompu le 1er janvier les livraisons de gaz vers l'Ukraine, estimant que ce pays ne le payait pas assez cher. Six jours plus tard, elle fermait le gazoduc qui alimentait l'Europe, affirmant que Kiev se servait au passage.

Les compagnies d'Etat russe Gazprom et ukrainienne Naftogaz doivent déterminer aujourd'hui les modalités techniques de réouverture des vannes. Les premières livraisons pourraient avoir lieu dans un délai de vingt-quatre à soixante-douze heures. ■