Confinement : Le patronat demande la réouverture rapide des commerces non essentiels fermés

EPIDEMIE Le Medef et la CPME craignent un « tsunami économique » si les magasins restent fermés 

20 Minutes avec AFP

— 

le patronat veut la réouverture des commerces fermés au plus vite, alors que les commerçants sont de plus en plus en colère comme ici à Lyon lors d'une manifestation lundi 9 novembre 2020.
le patronat veut la réouverture des commerces fermés au plus vite, alors que les commerçants sont de plus en plus en colère comme ici à Lyon lors d'une manifestation lundi 9 novembre 2020. — KONRAD K./SIPA

Les dirigeants des deux organisations patronales Medef et CPME ont demandé ce mardi la réouverture au plus vite des commerces dits non essentiels en dépit du reconfinement sanitaire. « On ne peut pas passer le mois de décembre avec des magasins fermés. Ce serait un tsunami économique », assure ainsi dans Le Monde le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, disposé à ce que la réouverture s’accompagne de mesures « plus strictes ».

« Si on ne rouvre pas dans les prochaines semaines, la sinistralité va monter en flèche », a pour sa part déclaré son homologue à la CPME François Asselin, interrogé par France Inter sur une réouverture possible au 1er décembre.

« Les entreprises sont nettement plus fragiles »

« Il n’est jamais trop tard pour bien faire. D’après ce que je sens, je pense qu’il va falloir encore attendre un petit peu plus longtemps. C’est très dur, catastrophique pour certains. En attendant le 1er décembre, il faudra soutenir ces entreprises », a-t-il ajouté, se disant également disposé à assortir la réouverture à des mesures « renforcées ».

« Pour le 2e confinement, les entreprises sont nettement plus fragiles. Pour l’habillement, novembre-décembre-janvier avec les soldes, c’est à peu près 40 % de l’activité de toute l’année. S’ils ne font pas ce chiffre d’affaires, ils ne pourront pas s’en remettre », a-t-il ajouté, redoutant près de 100.000 dépôts de bilan en 2021, le double d’une année normale.

« Profonde colère »

« Si en décembre, les commerces non alimentaires sont fermés, il sera difficile de maîtriser ce que l’on voit monter », assure pour sa part Geoffroy Roux de Bézieux, qui fait le constat d’une « profonde colère » chez les entrepreneurs visés.

Les commerces jugés non essentiels ont été fermés dans le cadre du reconfinement. Le gouvernement leur a promis une « clause de revoyure » jeudi pour évaluer les possibilités de réouverture, mais selon un cadre de la majorité, il semble peu probable que la situation sanitaire permette déjà un allégement des restrictions.