Comment le marché immobilier courtise-t-il les seniors ?

ARGENT Avec un pouvoir d’achat important et des besoins en perpétuelle évolution, les seniors sont une clientèle de choix pour le secteur immobilier. Des résidences services à foison aux chasseurs d’appart spécialisés, la silver économie inspire les professionnels.

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

IStock / City Presse

Voilà longtemps que l’expression « troisième âge » n’a plus réellement de sens, car on vit de plus en plus longtemps et, surtout, en meilleure forme. La soixantaine ouvre désormais les portes d’une tranche de vie qui peut s’étendre sur plus de trente ans et au cours de laquelle les envies et besoins évoluent sans cesse.

Dès lors, l’offre de la silver économie doit s’adapter. En tête de liste, le logement est au cœur des préoccupations.

Une clientèle croissante

Selon l’Insee, les plus de 60 ans représentent quelque 15 millions de personnes à l'heure actuelle en France. Un chiffre qui devrait atteindre 20 millions d’ici à 2030. Or, ces citoyens ont toutes les cartes en main pour peser sur le marché immobilier. D’après les études, leur niveau de vie est en effet plus élevé que celui du reste de la population, même si cet écart tend à se réduire depuis plusieurs années. Dans une enquête parue en 2018 et portant sur 2015, l’Insee évaluait ainsi le niveau de vie moyen des retraités à 2.090 euros par mois (3 % supérieur à celui des actifs).

Joachim Tavares, fondateur de Papyhappy.fr, service de chasseurs d’apparts pour les personnes âgées, résume les enjeux : « Les seniors représentent un gros pouvoir d’achat : ils ont du patrimoine et des revenus importants. Logiquement, tous les grands groupes immobiliers s’y intéressent ». Un état des lieux confirmé par Philippe Buyens, directeur général de Capifrance, qui précise que cette population est très majoritairement propriétaire (75 %), par rapport à l’ensemble des Français (60 %). Dès lors, « les jeunes seniors (plus de 50 ans) privilégient les investissements locatifs pour profiter d’un complément de revenus à venir ou en prévision de leur déménagement vers des régions ensoleillées au moment de leur retraite. »

Un ensemble de formules

Tout l’enjeu du secteur immobilier est de pouvoir répondre à la demande de ces clients exigeants. « Les seniors d’aujourd’hui ont grandi dans une société de consommation. Ils sont donc à la recherche de services qualitatifs qui prennent en compte leur bien-être, leurs loisirs et leur volonté de lien social », précise Joachim Tavares. Le marché innove ainsi pour proposer plus de choix. Vous voulez investir dans un logement locatif pour vous y installer plus tard ? Les deux et trois pièces en zone urbaine sont plébiscités, selon les experts. Et si vous optez pour un bien neuf conforme aux normes PMR (personne à mobilité réduite), vous serez paré en cas de perte d’autonomie ultérieure. Pour séduire un large public, les promoteurs soignent d’ailleurs de plus en plus l’esthétique des équipements de sécurité, afin qu’ils s’intègrent en toute discrétion dans la décoration.

Mais la grosse tendance, ce sont les résidences services. Domitys, Senioriales, Cogedim, Les Jardins d’Arcadie… Les grands groupes développent leurs offres dans toute la France. Cette formule permet aux personnes âgées autonomes d’être indépendantes dans leur propre appartement, tout en profitant de prestations hôtelières collectives, voire d’une piscine et d’une salle de sport pour les résidences les plus modernes. Comptez entre 1.000 et 2.000 euros par mois de loyer, services compris. Moins onéreuses, les initiatives associatives misent quant à elle sur l’entraide entre gens de bonne volonté, à travers des immeubles gérés en béguinage ou via les colocations intergénérationnelles.