Confinement à Annecy : Des commerces affichent « à vendre » avec le numéro de l’Elysée pour alerter sur leur situation

CRISE SANITAIRE Une action pacifique et dans le respect des consignes sanitaires

20 Minutes avec AFP

— 

400 commerces d'Annecy alertent sur la mise en danger de leurs entreprises fermées durant le reconfinement. (Illustration)
400 commerces d'Annecy alertent sur la mise en danger de leurs entreprises fermées durant le reconfinement. (Illustration) — GILE MICHEL/SIPA

Plus de 400 commerces d’Annecy ont accroché sur leur vitrine une affichette « A vendre » avec le numéro non pas d’une agence mais de l’Elysée. Les commerçants espèrent ainsi alerter sur la mise en danger de leurs entreprises fermées durant le reconfinement.

« On voulait faire une action pacifique et dans le respect des consignes sanitaires et qui pousse les gens à s’interroger », a expliqué vendredi Karine Zerbola, représentante des bistrots et cafetiers d’Annecy au Groupement national des indépendants (GNI).

Souffrir, mais pas mourir

Cette initiative, engagée avec l’association « Les vitrines d’Annecy », qui regroupe les commerces de proximité « non essentiels », a été très suivie depuis son lancement jeudi, a assuré la responsable syndicale.

« On est pour le confinement mais un efficace et qui permet de lutter contre le Covid-19. On veut bien souffrir économiquement pour l’intérêt général mais pas mourir à cause de demi-mesures », a souligné Karine Zerbola.

« Nos centres-villes mourront »

L’objectif était d’interpeller les habitants : « demain, si on continue à avoir des mesures inégales dans les secteurs économiques, nos centres-villes mourront, il n’y aura plus de commerces de proximité ».

« Emmanuel Macron avait dit que les leçons de la mondialisation seraient tirées et que le commerce de proximité serait privilégié mais au deuxième confinement, c’est l’inverse ! », a regretté Karine Zerbola, tout en dénonçant les difficultés d’accéder aux aides gouvernementales annoncées.