Maison : Comment concilier économies et écologie avec du bois de chauffage

LOGEMENT Avec une facture annuelle de près de 1.700 euros, le chauffage est le plus gros poste de consommation d’énergie de la maison

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

IStock / City Presse

La France est le premier pays européen utilisateur de bois en tant qu’énergie, et ce grâce à son plébiscite en tant que mode de chauffage domestique. Malgré ses multiples avantages, cette ressource renouvelable a toutefois encore du chemin à parcourir pour conquérir les ménages.

D’après les seuls chiffres disponibles de l’Agence de la transition écologique, seuls 7,8 millions de foyers l’ont adopté.

L’énergie la moins chère

D’après une enquête menée auprès de 50.000 personnes par la société spécialisée dans la rénovation énergétique Effy, les Français ont dépensé en moyenne 1.669 euros pour chauffer leur logement en 2019.

Or, le bois gagne le titre de la source d’énergie la plus économe avec une facture annuelle de 759 euros, en dessous des 1.913 euros du fioul, des 1.802 euros de l’électricité et des 1.446 euros du gaz. Une fois rapportées à la surface chauffée, ces moyennes montrent que le bois revient à 5,80 euros par m2, contre entre 11,70 et 15,90 euros par m2 pour les autres sources d’énergie.

Le bon investissement

Si le chauffage au bois est peu onéreux, tous les appareils ne se valent pas pour autant. Les vieux modèles de poêle, de cheminée ou de chaudière ont un rendement énergétique beaucoup plus faible que celui des installations récentes. En clair : ils consomment davantage et produisent moins d’énergie, sans parler de leur impact écologique.

Pour maximiser son potentiel de chauffe, il est recommandé d’investir dans un équipement de dernière génération, de préférence estampillé Flamme verte 7 étoiles ou équivalent. Ce label qualité est une référence en la matière et vous garantit non seulement un rendement énergétique maximum (plus de 70 %), mais aussi de très faibles émissions de monoxyde de carbone et de particules fines. Ces performances permettent d’ailleurs de bénéficier d’aides publiques pour financer l’installation. Renseignez-vous sur la plateforme officielle Faire.gouv.fr ou au 0 808 800 700.

Privilégiez un bois de qualité

Bien que le chauffage au bois permette de limiter le recours aux énergies fossiles, et donc de lutter contre le changement climatique, il est lui aussi source de pollution lorsqu’il est employé dans de mauvaises conditions. Comme on l’a dit, il est d’abord essentiel d’investir dans un appareil récent et performant. Il faut, en outre, bien dimensionner votre installation par rapport à vos besoins. Un poêle ou une cheminée ayant une capacité de chauffe trop importante fonctionnera au ralenti, alors qu’il n’est pas conçu pour cela. Résultat : il émettra encore plus de polluants et s’encrassera plus vite.

Il s’agit ensuite de choisir un bois adapté : il doit être sec, non traité et provenir, de préférence, de feuillus durs tels que le chêne, le charme, le hêtre ou le frêne, qui ont tous un haut pouvoir calorifique et une combustion longue. À l’inverse, les résineux comme le pin et le sapin sont à proscrire, puisqu’ils brûlent plus vite et encrassent le conduit. À l’heure d’acheter vos bûches ou vos pellets chez un professionnel ou en magasin de bricolage, jetez un coup d’œil à leurs labels. Alors que les certifications NF, ENplus et DINplus garantissent du biocombustible de qualité, les labels PEFC et FSC vous assurent que le bois provient de forêts exploitées de façon responsable.

Quel entretien ?

Si la vitre de votre insert s’encrasse rapidement, que les braises sont trop nombreuses ou que les parois ont tendance à goudronner, c’est que la combustion de votre bois ne s’effectue pas correctement et donc que vous polluez beaucoup.

En cas de souci, le bon réflexe est de faire contrôler son appel, surtout s’il est ancien. Le conduit de fumée doit être en parfait état de marche et ramoné deux fois par an. Par ailleurs, certaines astuces permettent de diminuer les émissions polluantes. Contrairement à un feu de camp qui s’embrase par le bas, il faut allumer le foyer par le haut en disposant le petit bois au-dessus de l’empilage de bûches. De même, rechargez dès qu’il n’y a plus de flammes, lorsque les braises sont encore vives.