Confinement : Le commerce de proximité « en danger de mort », alerte le patronat

ENTREPRISE Pour la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) la décision de fermer les commerces jugés « non-essentiels »

20 Minutes avec AFP

— 

Les commerces de proximité contraints de fermer durant le confinement sont en danger de mort, pour la Confédération des petites et moyennes entreprises.
Les commerces de proximité contraints de fermer durant le confinement sont en danger de mort, pour la Confédération des petites et moyennes entreprises. — Bob Edme/AP/SIPA

Les commerces de proximité contraints de fermer durant le confinement sont « en danger de mort », estime la Confédération des petites et moyennes entreprises. Pour la  CPME, la décision de fermer les commerces jugés « non-essentiels » est « incompréhensible alors que les commerçants de proximité ont respecté un protocole sanitaire strict », selon un communiqué.

Elle ajoute qu'« il n’est pas admissible que d’autres types de commerces vendant les mêmes produits soient autorisés à rester ouverts » comme c’est le cas des grandes surfaces vendant aussi des produits classés comme essentiels.

Le Fonds de solidarité jugé insuffisant

« Le commerce de proximité déjà fragilisé par le commerce en ligne​ », affirme l’organisation patronale. La CPME estime que « quelle que soit la nature des aides gouvernementales, elles ne sauraient suffire à couvrir l’ensemble des pertes ».

Le Fonds de solidarité prévoir une compensation jusqu’à 10.000 euros de la baisse du chiffre d’affaires et un crédit d’impôt pour le bailleur qui renonce à un mois de loyer sur trois

« Les rideaux vont définitivement se baisser »

Aussi « si rien ne change, les rideaux vont définitivement se baisser en masse partout à travers le territoire », prédit l’organisation.

La CPME ajoute soutenir « sans réserve » un amendement adopté par le Sénat, dominé par l’opposition de droite, qui permettrait aux préfets d' « autoriser l’ouverture de commerces de vente au détail » à titre dérogatoire, et encourage les députés à le voter également.