Coronavirus : L'économie française rebondit de 18,2% au troisième trimestre

CONSOMMATION Cette tendance est notamment portée par une hausse de la consommation des ménages, qui se rattrapent après le premier confinement

20 Minutes avec AFP

— 

Image d'illustration de passants à Bordeaux.
Image d'illustration de passants à Bordeaux. — Philippe LOPEZ / AFP

L’économie française a fortement rebondi au troisième trimestre après l’écroulement dû au confinement au printemps, le produit intérieur brut (PIB) affichant une hausse de 18,2 %, selon une première estimation publiée par l’Insee ce vendredi.

Toutefois, il reste « nettement en dessous de son niveau d’avant-crise » puisqu’il est en retrait de 4,3 % par rapport au troisième trimestre 2019, précise l’Institut national de la statistique. Il ne donne toutefois aucune prévision actualisée pour le dernier trimestre 2020 alors que le confinement devrait faire rechuter le PIB selon le gouvernement.

Des signaux positifs

Au troisième trimestre, le rebond est porté par la consommation des ménages​, en hausse de 17,3 %, en particulier pour les biens qui ont connu des « effets de rattrapage » après le confinement. Elle reste toutefois inférieure de 2,1 % à son niveau d’avant-crise, les achats de services étant eux toujours à la peine.

La consommation des administrations publiques, en nette progression, a, elle, rattrapé son niveau d’avant-crise, tandis que le rebond de l’investissement (+23,3 %) n’a pas encore permis de combler l’écart par rapport au troisième trimestre 2019, détaille l’Insee.

Un recul de 11 % en 2020

Du côté de la production de biens et services, là encore, le troisième trimestre signe une nette reprise (+17,6 %), le retour à la normale étant quasi atteint dans les services non marchands, tandis que les productions de biens et de services marchands restent en retrait.

Enfin, le commerce extérieur contribue positivement à l’évolution du PIB sur le trimestre, avec une forte hausse des exportations (+23,2 %), même si elles n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant-crise. « Les secteurs porteurs pour les exportations françaises (aéronautique, tourisme international, etc.) sont particulièrement atteints par la crise », souligne l’Insee.

Le confinement avait fait s’écrouler l’économie française, avec une chute du PIB revue à 13,7 % au deuxième trimestre (contre -13,8 % estimé jusqu’ici). Pour l’ensemble de l’année 2020, l’Insee table sur une récession de 9 %, avec une stagnation du PIB au dernier trimestre, mais c’était avant la décision du gouvernement de reconfiner le pays. Le gouvernement anticipe, lui, à ce stade un recul de 11 % du PIB, mais le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a estimé jeudi que le confinement allait faire chuter l’activité économique de 15 %.