Confinement : Les acteurs du monde économique inquiets après les annonces d’Emmanuel Macron

REACTIONS Le président de la République a annoncé un nouveau confinement jusqu'au 1er décembre, mercredi soir dans une allocution télévisée

20 Minutes avec AFP

— 

Confinement : Les acteurs du monde économique inquiets après les annonces d’Emmanuel Macron (Illustration)
Confinement : Les acteurs du monde économique inquiets après les annonces d’Emmanuel Macron (Illustration) — SYSPEO/SIPA

Le secteur était déjà en crise. Et l'annonce d'un reconfinement, faite mercredi soir par Emmanuel Macron, l’inquiète un peu plus encore. Les acteurs du monde économique n’ont d’ailleurs pas tardé à réagir à la mise en place d’un nouveau confinement, pour tenter d’endiguer la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus, à partir de vendredi et jusqu’au 1er décembre au moins.

Le reconfinement va « provoquer des dégâts économiques et humains considérables » a averti mercredi soir le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux. Ce dernier a dit « comprendre » le « désarroi et la colère » des commerçants qui sont « pénalisés » alors que « ce n’est pas dans les commerces que se fait la contamination mais dans la sphère privée ». C’est également ce qu’a souligné l’Union des entreprises de proximité (artisans, professions libérales et petits commerçants) : « Comment justifier la décision unilatérale de fermer de très nombreuses entreprises alors que l’essentiel de l’amplification de la pandémie provient de la sphère privée ? (…) Nous sommes en train de perdre les trois principaux moteurs nécessaires à la vie des entreprises : confiance, activité et visibilité », a alerté son président, Laurent Munerot.

« Une mise en œuvre immédiate » des aides

Dans son allocution télévisée, Emmanuel Macron a annoncé des aides au secteur. « On veut surtout une mise en œuvre immédiate. On ne peut pas annoncer des aides tous les 15 jours, alors qu’on a déjà perdu beaucoup de temps, sur le paiement des loyers par exemple, réagit Roland Héguy, président de l’Union des métiers des industries de l’hôtellerie. Un chef d’entreprise doit pouvoir connaître les aides qu’il aura fin novembre, décembre et jusqu’à la fin de la situation sanitaire pour décider s’il continue son activité. »

Pour François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, « ce que nous a dit Emmanuel Macron, ça existe déjà. Le fonds de solidarité qui monte à 10.000 euros ça existe déjà. Pour le moment, rien de nouveau malheureusement pour les entreprises qui vont être fortement impactées ». Et d’ajouter : « J’attends vraiment qu’on règle le problème des loyers, qu’on fasse en sorte que leurs pertes d’activité puissent être compensées, parce qu’il n’y aura pas d’autre alternative que d’aller au tribunal de commerce. Economiquement c’est une mise à mort quelque part, s’il n’y a pas un plan de soutien à la hauteur des efforts qu’on leur demande (…). Nous attendons maintenant des éléments précis pour être rassurés. »

Selon le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, le reconfinement « va coûter au pays entre 50 et 75 milliards d’euros de Produit intérieur brut ».