Coronavirus : Le trafic aérien en très forte baisse, le secteur demande de nouvelles aides

VOYAGE Cette année, le trafic aérien mondial devrait être en baisse de 66 % par rapport à 2019

20 Minutes avec agences

— 

Trafic aérien - Illustration.
Trafic aérien - Illustration. — Mario FOURMY/SIPA

Le chiffre d’affaires des compagnies aériennes sera encore en baisse de 46 % en 2021 par rapport à 2019. L’Association internationale du transport aérien (Iata), qui a dévoilé ces chiffres mardi, réclame de nouvelles aides pour un secteur en grande crise.

Les compagnies espéraient une reprise du trafic aérien en fin d’année, mais la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 et les restrictions de circulation dans le monde entier ont entamé cet espoir. L’Iata, qui tablait sur une baisse de 29 % de chiffre d’affaires par rapport à 2019, a dû revoir ses prévisions à la baisse.

Une nouvelle baisse des coûts nécessaire

Le trafic aérien avait atteint son point bas en avril et redémarré lentement en juin. Mais la résurgence du virus a de nouveau freiné l’activité en septembre. En 2020, le trafic aérien mondial devrait donc être en baisse de 66 %, avec une demande en baisse de 68 % en décembre, selon l’Iata, qui regroupe 290 compagnies aériennes.

Les précédentes projections reposaient notamment sur l’espoir de l’arrivée d’un vaccin au deuxième semestre 2021. « Nous ne sommes plus aussi positifs », a admis le directeur financier de l’Iata. « A chaque nouveau jour de crise, les possibilités de pertes d’emplois et de destruction économique augmentent », a de son côté déclaré le directeur général de l’organisation.

Le secteur du transport aérien a déjà obtenu un soutien de 160 milliards de dollars à travers des aides, des prêts, des soutiens au versement des salaires et des allégements ou assouplissements fiscaux. Mais d’autres suppressions d’emploi ou baisses de salaire seront peut-être nécessaires, selon l’Iata.