Coronavirus à Montpellier : Malgré la crise du Covid-19, l’usine Carte Noire n’a pas (du tout) bu la tasse

SORTIS DE CRISE Le coronavirus et les mesures prises pour enrayer l'impact de l'épidémie ont fortement affecté l'économie française. Des artisans ou des entreprises ont réussi à s'en sortir, comme l'usine de café Carte Noire, à Lavérune

Nicolas Bonzom

— 

Tous les produits de la marque Carte Noire sont fabriqués à Lavérune.
Tous les produits de la marque Carte Noire sont fabriqués à Lavérune. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • La crise du Covid-19 a touché de nombreux secteurs de l’économie française. « 20 Minutes » vous présente des entreprises et des artisans qui, malgré le confinement et les difficultés liées à l’épidémie, ont vu leur activité se développer, voire exploser.
  • A Lavérune, l’usine de café Carte Noire a tourné à plein régime.
  • Pendant le confinement, les ventes de café de la marque française ont même explosé, avec une hausse de 45 % par rapport à l’année dernière.

A Lavérune (Hérault), la crise du coronavirus n’a pas altéré la douce odeur de café à laquelle les habitants du coin sont familiers. L’usine Carte Noire, l’une des plus importantes usines du secteur en France, n’a pas chômé depuis que l’épidémie de Covid-19 sévit. Même en plein confinement, au printemps dernier, les machines ont tourné à plein régime : 100 % de la production prévue a été réalisée, jusqu’à aujourd’hui.

Chaque année, 27.000 tonnes de café sortent de l’usine de Lavérune, dont 19.000 tonnes de café moulu. Le reste, ce sont des dosettes souples et de capsules. Il a même fallu, que l’usine « augmente un tout petit peu les capacités de production, explique Philippe Maillard, le directeur de l’usine de Lavérune, qui emploie 120 salariés. Nous avons la capacité suffisante pour répondre à des augmentations du marché. »

Les ventes ont bondi pendant le confinement

De nombreuses mesures ont été mises en place sur le site, pour que l’activité puisse continuer et que l’usine puisse fournir tous les points de vente, notamment des nettoyages réguliers, la mise à l’abri des salariés qui présentaient des risques, la matérialisation des distances de sécurité, la fermeture des cantines, des douches ou des vestiaires communs. « Nous sommes une entreprise italienne [le groupe Lavazza a racheté Carte Noire en 2016], et avec dix jours d’avance, nos collègues en Italie nous ont rapidement mis au courant de la situation, et nous avons pu prendre des mesures avant même que les autorités françaises ne nous les demandent », reprend le directeur.

A l'usine de café Carte Noire de Lavérune (Hérault)
A l'usine de café Carte Noire de Lavérune (Hérault) - N. Bonzom / Maxele Presse

Chez Carte Noire, les ventes ont bondi pendant le confinement. « La période de confinement a généré de forts transferts de la consommation hors domicile (bars, café, bureaux…) vers la consommation à domicile, indique l'entreprise à 20 Minutes. Et l’annonce du confinement a engendré des phénomènes de stockage qui ont fortement accéléré les ventes de café en grande distribution au début du confinement. » Ainsi, au mois de mars dernier, le marché du café en général a bondi de 24 % en volume en France, par rapport à 2019. Et chez Carte Noire, les ventes ont même explosé : + 45 %.

Un produit qui réconforte

Depuis, une fois les placards remplis, les ventes de café ont retrouvé leurs niveaux de l’année dernière. La crise aurait aussi conduit les Français à se tourner vers des fabrications made in France, dont le café de Lavérune, ou bio.

Et si le café ne connaît pas la crise, c’est d’abord parce qu’il est « un produit de plaisir, note le directeur de l’usine Carte Noire. Les Français ont des habitudes avec le café. Dans des moments difficiles comme ceux que l’on vit aujourd’hui, forcément, le café réconforte. » Et les marques stars, comme Carte Noire, « ont été fortement plébiscitées car les Français se sont majoritairement tournés pendant la crise vers des marques repères, qu’ils connaissent et affectionnent », se félicite la marque.