Coronavirus à Lille : Comment le confinement a profité à une société nordiste de jeux vidéo

SORTIS DE CRISE Le coronavirus et les mesures prises pour enrayer l’impact de l’épidémie ont fortement affecté l’économie française. Des artisans ou des entreprises ont réussi à s’en sortir comme Nacon, spécialisé dans les jeux vidéo, à Lesquin près de Lille.

Francois Launay

— 

Des manettes de jeu vidéo (illustration)
Des manettes de jeu vidéo (illustration) — Thomas SAMSON / AFP
  • La crise sanitaire du Covid-19 a touché de nombreux secteurs de l’économie française. 20 Minutes vous présente des entreprises et des artisans qui malgré le confinement et les difficultés liées à l’épidémie ont vu leur activité se développer voire exploser.
  • Dans le Nord, la société Nacon, éditrice de jeux vidéo et fabricante d’accessoires pour consoles, a atteint des ventes inespérées avec le confinement.

Dans le monde d’avant, 2020 aurait dû être une année de transition pour les acteurs du jeu vidéo. Avec l’arrivée mi-novembre d’une nouvelle génération de consoles (PlayStation 5, X Box SX), le marché s'attendait à connaître une baisse de 10 % car les consommateurs achètent moins en attendant les nouveautés.

Sauf que le confinement et la pandémie de Covid sont passés par là et ont fait exploser la pratique des jeux vidéo. PDG de l'entreprise nordiste Nacon, éditrice de jeux vidéo et fabricante d’accessoires pour consoles, Alain Falc confirme n’avoir jamais vu ça. 

« Notre chiffre d’affaires a été multiplié par 2,5 »

« Les gens ont été confinés pendant deux mois. Quand on reste chez soi, il y a la lecture, la télé, les jeux de société mais aussi les jeux vidéo. On a donc récupéré des nouveaux joueurs qui se sont mis à jouer pendant cette période et qui ne se sont pas arrêtés avec le déconfinement. On a clairement touché un nouveau public », reconnaît l’entrepreneur.

D'ailleurs,  les chiffres des ventes ont nettement grimpé pour des jeux censés être arrivés en fin de vie avant l’arrivée des nouvelles consoles. « Nous éditons des jeux vidéo et le digital a vraiment explosé pendant le confinement. Les gens ne pouvaient pas aller acheter des jeux dans les magasins spécialisés qui étaient fermés. Ils les ont directement téléchargés depuis leur console ou leur ordinateur. Du coup, de mi-mars à mi-mai, notre chiffre d’affaires sur les jeux digitaux a été multiplié par 2,5 dans le monde entier. Ce qui est énorme », reconnaît Alain Falc.

L’entreprise, qui fabrique également des accessoires pour jeux vidéo et PC (manettes et surtout casques) a vu aussi cette branche progresser fortement. Au global, Nacon a augmenté ses ventes de 30 % par rapport à l’an passé. Des chiffres qui ont de quoi en faire rêver plus d’un dans un monde touché par une grave crise économique.

Entrée en Bourse début mars juste avant le krach

Surtout que 2020 est vraiment un cru très particulier pour Nacon. Il y a un an, histoire de développer encore plus sa branche jeux vidéo dans un secteur en pleine mutation, Alain Falc décidé de créer Nacon, un pôle indépendant de Bigben sa structure historique.

Quelques mois plus tard, la nouvelle société a été introduite en Bourse et a réussi à lever un peu plus de 100 millions d’euros. Une somme destinée à se développer en rachetant notamment des studios de création de jeux vidéo. Sauf qu’à quelques jours près, tout aurait pu être remis en cause : « A une semaine près, c’était foutu. On est entré en Bourse le 4 mars à une période où ça baissait fortement à cause du développement de la pandémie. Et quelques jours plus tard, il y a eu un krach boursier », rappelle Alain Falc.

Après cette année à part, la croissance de la société nordiste n’est pas près de s’arrêter. L’arrivée de nouvelles consoles va conduire Nacon à développer beaucoup de nouveaux jeux pendant plusieurs années. Preuve de sa bonne santé, l’entreprise, qui compte déjà plus de 500 salariés, continue de recruter tous les mois. Une sucess story plutôt rare dans cette période si incertaine.