Coronavirus à Lorient : Depuis le confinement, la vente de nourriture lyophilisée bouillonne

SORTIS DE CRISE Le coronavirus et les mesures prises pour enrayer l’impact de l’épidémie ont fortement affecté l’économie française. Des artisans ou des entreprises ont toutefois réussi à s’en sortir comme Lyophilise & Co, spécialisée dans la vente en ligne de produits lyophilisés à Lorient

Jérôme Gicquel

— 

La Suédoise Ariane Pehrson a fondé la société Lyophilise & Co en 2010 à Lorient.
La Suédoise Ariane Pehrson a fondé la société Lyophilise & Co en 2010 à Lorient. — Lyophilise & Co
  • La crise sanitaire du Covid-19 a touché de nombreux secteurs de l’économie française.
  • 20 Minutes vous présente des entreprises et des artisans qui malgré le confinement et les difficultés liées à l’épidémie ont vu leur activité se développer voire exploser.

Que vont-ils manger pendant plus de deux mois seul sur leur bateau ? Voilà une question qui taraude en ce moment les navigateurs du Vendée Globe à deux semaines du grand départ de la course. La grande majorité d’entre eux vont aller faire leurs courses chez Lyophilise & Co, une société basée à Lorient et spécialisée dans la vente de produits d’autonomie alimentaire. C’est d’ailleurs pour nourrir et apporter un peu de réconfort à ces marins qu’Ariane Pehrson a lancé sa boutique en ligne il y a dix ans. « A l’époque, l’offre de repas était vraiment très pauvre avec un manque de variété et une qualité pas toujours là », indique la Suédoise, elle-même femme de skipper.

Ariane Pehrson a depuis vu sa base de clients s’élargir, grâce notamment au boom des sports outdoor. La tendance s’est encore amplifiée avec l’essor du survivalisme qui a poussé de nouveaux adeptes à se convertir à la nourriture lyophilisée. Des produits qui ont l’avantage de se conserver très longtemps et d’être très légers grâce à une technique de séchage à froid des aliments. « Toutes les qualités gustatives et nutritionnelles sont également conservées », assure Ariane Pehrson.

Une commande de 15.000 euros pour un client

Depuis le début de la crise sanitaire, sa société croule sous les commandes qui affluent du monde entier. « A chaque fois qu’il y a des tensions ou des catastrophes dans le monde, nos ventes explosent, indique la gérante, qui a senti les premiers signes d’agitation dès la fin décembre. Il y a eu beaucoup de commandes pour des produits se conservant jusqu’à 25 ans, ce n’était clairement pas pour de la randonnée mais pour du stockage ».

Le confinement mondialisé a encore aiguisé les peurs d’une pénurie alimentaire. Sans surfer sur ces craintes, Lyophilise & Co en a tiré profit avec des ventes qui ont doublé en février et triplé en mars par rapport à l’an dernier. « Les packs de survie pour trois mois se sont notamment arrachés », assure Ariane Pehrson, qui a également dû gérer des commandes improbables : « Un client est par exemple venu de Dordogne en voiture et il est reparti avec 15.000 euros de nourriture et de matériel dans son coffre ».

Le besoin de grand air a aussi boosté les ventes

Le pic de la crise passé, l’entreprise bretonne n’a pas pour autant baissé le pied, bien au contraire. « Chaque été, l’activité est déjà soutenue. Mais ça l’a été encore plus cette année car les Français avaient besoin de prendre l’air et de partir en randonnée ou à la montagne », souligne la cheffe d’entreprise, qui scrute avec attention l’évolution sanitaire.

« On pensait que ça allait se calmer à la rentrée mais pas tant que ça au final. Les commandes repartent d’ailleurs de plus belle depuis quelques semaines et on ne s’attend pas à ce que ça se calme avant plusieurs mois », assure-t-elle.