Annonces de Macron sur le coronavirus : Couvre-feu, chômage partiel... Le budget examiné à l’Assemblée « mort-né »

ECONOMIE L'Elysée doit apporter des précisions ce jeudi sur l'impact économique du couvre-feu annoncé par le chef de l'Etat en Ile-de-France et plusieurs métropoles

20 Minutes avec AFP

— 

L'Assemblée nationale (illustration).
L'Assemblée nationale (illustration). — Jacques Witt/SIPA

C’est un « budget mort-né », il y a eu un « défaut d’anticipation » : à coups de suspensions de séance et de rappels au règlement, les députés d’opposition ont critiqué les annonces d’Emmanuel Macron mercredi soir, en plein examen du budget à l’Assemblée. Avec le couvre-feu, les « hypothèses » économiques du budget 2021 ne « sont plus tenables », a dénoncé la députée LR Véronique Louwagie.

Le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt a admis que se posera « très certainement la question du financement des mesures annoncées ce soir et qui seront précisées demain » par le Premier ministre. Il a évoqué la possibilité d’amender le budget 2021 pendant la navette parlementaire. Concernant 2020, il a aussi cité la dernière loi de finances rectificative (PLFR4) en fin d’année.

Quatre semaines voire plus

Le couvre-feu annoncé en Ile-de-France et huit métropoles « va affecter économiquement les restaurants et les salles de spectacles », si « on en est là, c’est qu’il y a eu un défaut d’anticipation », a aussi jugé la patronne du groupe socialiste Valérie Rabault. « Je ne suis pas certaine que la contamination se fasse plus la nuit que dans les écoles, les entreprises ou les transports », pourquoi le recours au télétravail n’est pas « demandé ce soir » afin « d’éviter des concentrations notamment dans les transports », a-t-elle lancé, avant une première suspension de séance.

Le communiste Stéphane Peu en a réclamé une seconde juste après, car les annonces du président de la République « interpellent directement la loi de finances » 2021. « Apparemment, notre Assemblée sera convoquée pour éventuellement prolonger au-delà de quatre semaines ce couvre-feu. A tout le moins, cela nécessite quelques informations », a-t-il ajouté.

Un couvre-feu sans débat à l’Assemblée jugé « choquant » par LFI

Chez LFI, Alexis Corbière a trouvé « choquant » qu’un couvre-feu, « jamais vu depuis 60 ans de politique en France, ne passe pas au moins par un débat » à l’Assemblée nationale. Le rapporteur général du budget Laurent Saint-Martin (LREM) a appelé à la « responsabilité » et à poursuivre l’examen du projet de loi de finances 2021.

« Poursuivons sereinement nos débats pour doter notre Etat d’un budget 2021 », a complété Olivier Becht, à la tête du groupe Agir Ensemble, allié de la majorité. Cas contact et contraint à l’isolement chez lui, le président de la commission des finances de l’Assemblée, le député LR Eric Woerth, a décrit le couvre-feu sur Twitter comme « un demi-confinement je l’espère efficace » et « qui oblige à une augmentation massive du soutien aux entreprises ». « L’impact sur 2021 sera important et le budget mort-né », a-t-il conclu.