Les prix des billets de TGV augmentent de 3,5%

TRANSPORTS Les associations réfutent l'argument de l'entreprise, qui affirme devoir financer des investissements...

Avec agence

— 

Face à la multiplication des billets SNCF non échangeables et non remboursables, conjuguée à un pouvoir d'achat en berne, de plus en plus de voyageurs se tournent vers des sites spécialisés pour revendre leur ticket ou trouver des trajets à petit prix jusqu'au dernier moment.
Face à la multiplication des billets SNCF non échangeables et non remboursables, conjuguée à un pouvoir d'achat en berne, de plus en plus de voyageurs se tournent vers des sites spécialisés pour revendre leur ticket ou trouver des trajets à petit prix jusqu'au dernier moment. — Mychele Daniau AFP/Archives

Après avoir toiletté ses tarifs, la SNCF les augmente. Les prix des billets de TGV augmentent de 3,5% en moyenne à partir de ce mardi. L'évolution des prix est différenciée selon les trajets. Par exemple, un billet TGV Paris-Lille coûtera en moyenne en seconde classe 38,90 euros en tarif loisirs, soit 1,30 euro de plus qu'auparavant. Un trajet Paris-Marseille sera facturé 80,90 euros, soit une hausse de 2,10 euros.

Le prix des billets Prem's (à tarifs préférentiels) et les tarifs des cartes de réduction en 2009 ne vont en revanche pas bouger.

3,3 millions de sièges supplémentaires créés

L'augmentation tarifaire moyenne est avalisée chaque année par les pouvoirs publics. En 2008, elle tournait autour de 2%, mais dès juin, la SNCF avait indiqué que la hausse serait plus forte en 2009, en raison du renchérissement des péages ferroviaires versés à Réseau ferré de France.

La SNCF avance également un autre argument: «Ces évolutions s'inscrivent dans le contexte d'un plan d'investissement de 740 millions d'euros de l'activité TGV pour 2009 qui permettra de créer plus de 3,3 millions de sièges supplémentaires pour les voyageurs dès la fin de l'année», selon la direction de la SNCF.

Une augmentation plus élevée que l'inflation

Un argument réfuté par les associations. Pour l'UFC-Que Choisir, si cette augmentation «est moindre que celle redoutée», elle est «plus élevée que l'inflation actuelle et essentiellement répercutée sur l'usager alors que la SNCF réalise une marge très confortable de 25% sur chaque billet de TGV vendu». La SNCF a engrangé un milliard d'euros de bénéfice net en 2007.

De plus, «la SNCF se garde bien d'évoquer les liaisons qui augmentent de plus de 3,5%», affirme Arnaud de Blauwe, rédacteur en chef adjoint du magazine «Que Choisir». «On a vraiment le sentiment que grâce à la vache à lait TGV, la SNCF se met des cacahuètes de côté avant l'ouverture à la concurrence en 2010».

Des prix supérieurs en Espagne ou en Allemagne

Pour l'association de consommateurs CLCV, la hausse des prix ne se «justifie pas» non plus. «Cet investissement doit être financé par l'activité supplémentaire qu'il engendrera et non par une hausse des tarifs».

La SNCF fait valoir de son côté que les prix des billets de TGV restent inférieurs à ceux des Allemands et des Espagnols.