Essence : Les producteurs alertent sur la hausse annoncée des taxes sur le SP95-E10

CARBURANT Cette hausse est estimée à un centime par litre de SP95, l’essence la plus vendue en France

20 Minutes avec AFP

— 

Des taxes sur le SP95 pourraient être votées à l'Assemblée(image d'illustration).
Des taxes sur le SP95 pourraient être votées à l'Assemblée(image d'illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES / SIPA

Les producteurs d’alcool agricole se sont alarmés ce vendredi de la hausse des taxes prévue par le gouvernement sur le SP95-E10, première des essences vendues aujourd’hui en France.

Le projet de loi de finances pour 2021 prévoit de supprimer progressivement le tarif réduit de l'E10 (qui contient jusqu’à 10 % d’éthanol), en alignant sur deux ans les niveaux de taxe (TICPE) imposée au SP95-E10, au SP95 et au SP98. Cela représenterait un centime supplémentaire par litre, soit un surcoût de 30 millions d’euros en 2021 puis 60 millions en 2022.

Une filière affectée par le confinement

« Cette hausse est contraire aux engagements du gouvernement de ne plus augmenter les taxes sur les carburants jusqu’en 2022 après le mouvement des gilets jaunes et de ne pas augmenter les impôts, avec la crise du Covid-19 », s’insurge la Collective du bioéthanol, qui regroupe l’Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre et le Syndicat national des producteurs d’alcool agricole.

« Elle toucherait les automobilistes les plus sensibles au prix des carburants parmi ceux, de plus en plus nombreux, qui roulent à l’essence », mais aussi une filière affectée par le confinement, argumente-t-elle. Le SP95-E10 représente environ 50 % des essences sans plomb vendues en France. La filière espérait atteindre 75 % d’ici cinq ans.

L’éthanol, produit en France, soulignent les producteurs, compose jusqu’à 7,5 % du SP95 et du SP98, et jusqu’à 10 % du SP95-E10. Il entre aussi dans la composition à 85 % du Superéthanol-E85 (qui lui nécessite la pose d’un boîtier de conversion E85). L’examen du PLF débute lundi en séance publique à l’Assemblée nationale.

Biocarburants: dans la Marne, la France tente de passer la deuxième